Chronique n°53 : Avant toi, tome 3 – Après tout (Jojo Moyes)

ATTENTION risque de SPOIL des TOMES 1&2 : Je voulais vous faire une chronique avec le moins de spoils possibles. Vous pouvez donc lire sans risque cette chronique SI et SEULEMENT SI vous avez déjà lu les tomes 1&2. Vous pouvez retrouver mes chroniques sans spoil des tomes 1 et 2 juste ici : 1, 2 (cette dernière à ne lire que si vous avez lu le tome 1).

«– Waouh! Vous, les Anglaises, vous ne mâchez pas vos mots.

– Je ne veux simplement pas vous mener en bateau.

– Vous m’avertissez qu’il ne s’agira pas d’une amitié avec option lit double. D’accord, Louisa Clark. J’ai compris.»

Lire la suite « Chronique n°53 : Avant toi, tome 3 – Après tout (Jojo Moyes) »

Publicités

Chronique Livresque n°20 : Belle Époque (Elizabeth Ross)

Belle Époque (Elizabeth Ross)


🎩👗 Présentation 👗🎩


9782221139158Titre : Belle Époque
 
Auteur : Elizabeth Ross
 
Édition : Collection R
 
Nombre de pages : 395
 
Date de Publication :  14 novembre 2014
 
Prix : 17.90€
 

Résumé :

À Paris, tout se vend….

À 16 ans, Maude fuit la Bretagne pour Paris, capitale en ébullition à la veille de l’Exposition universelle de 1889. Face aux difficultés pour subsister, elle postule à  l’annonce d’une agence qui fournit des faire-valoir et chaperons aux jeunes filles de bonnes familles. Grâce à ce poste ingrat, Maude prend son destin en mains…


🎩👗 Avis 👗🎩


👗🎩 Pourquoi as-tu lu/acheté ce livre ?

Bon je l’avoue, je l’ai en premier lieu acheté pour sa couverture. Enfin pas vraiment acheté, puisque c’est un cadeau de noël, mais je l’ai demandé en partie grâce à la couverture (en même temps, elle est sublime non?). Ensuite, tout simplement parce que c’est une fiction historique, qui en plus porte sur une époque que j’aime tout particulièrement, la fin du 19ème siècle.

👗🎩 Style de l’auteur

Le style de l’auteur est très fluide et agréable à lire. Le vocabulaire varié et les descriptions intéressantes sans tirer sur la longueur. Le scénario était quant à lui plutôt original, et cette histoire des repoussoirs (vraie) très intéressante. On comprend plus à quel point la Haute Société de l’époque pouvait être vaniteuse, prête à toutes les horreurs pour paraître plus brillante que la voisine. Cette fiction est inspiré de la nouvelle de Zola Les Repoussoirs, également très intéressante (elle est d’ailleurs publiée à la suite du livre si vous voulez y jeter un oeil!)

👗🎩 L’histoire et les Personnages

On fait donc la connaissance de Maude, une jeune paysanne bretonne qui a fuit son village natal et le mariage forcé qui l’y attendait pour se rendre à Paris. Paris est à l’époque la ville-lumière, connue et apprécié dans toute l’Europe. La ville est en ébullition à cause des préparatifs de la dixième Exposition universelle. C’est d’ailleurs pour cette exposition que la tour Eiffel est construite. A cette époque, Paris se déchire entre l’émerveillement, mais surtout le dégout pour ce symbole actuel. En effet, certaines personnes sont persuadées que la tour n’est qu’éphémère et qu’elle ne verra pas le début du prochain siècle. Presque 130 ans plus tard, nous pouvons affirmer qu’ils se sont plutôt plantés..

Enfin bref, la ville-lumière brille donc de mille feu, et chaque personne vivant en France et ailleurs nourrit des rêves de folies autour de cette ville. Maude n’échappe pas à ce phénomène et rêve d’une vie merveilleuse et romantique. Malheureusement, peu après son arrivée à Paris, elle se rend compte que de l’intérieur, la ville n’est pas si lumineuse que ça.. la vie y est très cher, les boulots mal payés et les Parisiens de la Haute Société enfermés dans une bulle, loin des bas-fond de la ville. Maude voit donc ses rêves partir en fumée, et ses économies lui filer entre les doigts. Elle est donc de devenir blanchisseuse, dans un petit établissement sordide, dans les allées sombres de PAris, où elle est torturée par 3 mégères.

Elle tombe un jour sur une petite annonce qui propose à des jeunes femmes un travail facile. Elle s’y rend donc, espérant y trouver l’occasion rêvé pour se faire une place au sein de la ville-lumière. Elle se rend sans le savoir dans une agence de repoussoirs. Le but : engager de jeunes femmes laides pour qu’elles servent de dame de compagnies aux jeunes filles de la Haute afin qu’elles puissent paraître à leur avantage et ainsi, attirer l’œil des plus beaux partis. Maude vivra à partir de ce moment là des péripéties qu’elle n’aurait pu imaginer dans ses rêves – ou ses cauchemars – les plus fous.

J’ai bien aimé le personnage de Maude, même si elle était très agaçante par moment. Je l’ai trouvée très ingrate aussi par moment, et son comportement vis-à-vis des autres repoussoirs tout simplement scandaleux et révoltant. Mais c’est un personnage très travaillé, comme on en trouve peu en ce moment (d’apres moi).

Pour conclure, cette lecture a été agréable, mais comportait trop de petits défauts à mes yeux (personnage principal, longueurs, etc) pour être un coup de cœur. L’histoire met un moment à démarrer, mais passé les 130 premières pages, l’histoire démarre enfin!

👗🎩 Note : 14/20

Scénario : 4/5

Personnages : 3/5

Style de l’auteur : 4/5

Ressenti : 3/5


🎩👗 Extraits 👗🎩


– La Tour Eiffel est une parfaite abomination, déplore un homme à l’allure militaire. Un furoncle sur le visage de notre belle ville.
– Elle n’est pas éternelle, Dieu merci : on la rasera dans un an et personne ne la regrettera, affirme une femme.

Chapitre 9, page 105


Les ancêtres des Dubern me suivent du regard tandis que je gravis l’escalier d’honneur et me scrutent les yeux figés ; les hommes sont froids, les femmes hautaines. Ma robe ne les dupe pas une seule seconde. J’imagine un portrait chuchoter à un autre sur mon passage : Qui diable a pu autoriser une gardienne de vaches à fréquenter notre arrière-arrière-petite-fille?

Chapitre 14, pages 148-149


Lorsque nous descendons l’escalier d’honneur, j’étudie de nouveau les portraits fixés au mur. La galerie des ancêtres illustres sûrement.
– Ce sont tous des Dubern?
– Seulement les morts, rétorque Isabelle.

Chapitre 14, pages 155-156


Durandeau nous appelle des repoussoirs, des faire-valoir qui mettent en avant les personnes qu’ils accompagnent. Comme une lamelle métallique permet à un joyau serti sur une bague d’avoir l’éclat du diamants, ou les belles-sœurs d’une cliente qui veut se prendre le temps d’une soirée pour Cendrillon.

Chapitre 34, pages 362-363

Chronique n°18 : La Passe-Miroir tome 3, La Mémoire de Babel (Christelle Dabos)


❄🌿📚🐯 Présentation 🐯📚🌿❄


tome-3-couverture-rectoversoSérie : La Passe Miroir
 
Titre : La Mémoire de Babel
 
Tome n° : 3/4
 
Auteur : Christelle Dabos
 
Édition : Gallimard Jeunesse
 
Nombre de pages : 483
 
Date de Publication :  1 juin 2017
 
Prix : 18€
 

Résumé :

Deux ans et 7 mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il faut agir, exploiter ce qu’elle a appris de la lecture du Livre de Farouk et les brides d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables? A-t-elle la moindre chance de retrouver Thorn?


❄🌿📚🐯 Avis 🐯📚🌿❄


Tout d’abord, je voudrais dire un énorme merci à Christelle, pour cet univers qu’elle nous offre, pour cette histoire et ces intrigues, ces personnages et cette écharpe. Je voudrais dire merci à ma libraire qui savait que je l’attendais avec impatience et qui m’en a mis un exemplaire de côté alors que les 5 autres exemplaires présents en librairie ont été acheté dans l’heure. Je voudrais remercier Marie pour cette super lecture commune. ❣

❄🌿 Pourquoi as-tu lu/acheté ce livre?

J’ai lu/acheté ce livre car les deux premiers tomes sont géniaux. Sérieusement. L’univers inventé par l’auteur est fou, les personnages développés (aucun ne fait office de plante verte, ce que j’apprécie particulièrement), les intrigues toutes plus folles (mais bien ficelées) les unes que les autres. On a l’impression que l’univers est immense, que l’histoire n’aura jamais de fin. Et c’est très appréciable. Et après plus d’un an d’attente, après s’être imaginé 10 000 suites possibles, il est enfin là, surpassant tout. Les premières pages surpassaient réellement mes attentes, et ce sentiment, c’est quelque chose de rare et de précieux. Quelque chose qui n’arrive qu’avec les meilleurs livres, quelque chose que seuls certains auteurs sont capables de nous donner. Christelle est une magicienne, et si cela était établi dans les deux premiers tomes, c’est une évidence impossible à nier pour ce troisième tome.

Une mention spéciale à Marie de @ptitloupdesbois! (que vous pouvez retrouver sur booknode) ❤. En effet, comme on ne savait pas à quelle vitesse on allait lire le livre, on avait décidé de ne pas faire de lecture commune. Malgré tout, ça a quand même fini par devenir une lecture commune. Bon nos échangent se composaient surtout de « Oh mon dieu » « C’est fou » « Je vais mourir » « J’ai trop hâte » « JE L’AIME TROP! » etc, mais c’était très sympa! Elle a fini le livre un jour avant moi, et elle a donc du supporter mes pétages de plombs pendant toute cette journée! Et notamment mes « Christelle est une déesse » à répétiton! J’ai rencontré une super personne et j’attends avec impatience nos prochaines lectures! ❤ (MENTION SPÉCIALE À LA PAGE 482!!! 💕)

tumblr_mu3gmaBWLz1r1gn4lo1_540📚🐯 Style d’écriture

Le style d’écriture de Christelle Dabos est très particulier. Elle utilise un vocabulaire très riche et développé, et elle y ajoute une touche d’humour qui vous fera passer des moments excellents. Je ne sais pas trop quoi vous dire d’autre, si ce n’est qu’elle a un « truc ». Je n’ai pas les mots pour l’expliquer, car je ne pourrais pas rendre justice à son écriture.  Vous pouvez le voir par vous même dans les extraits qui seront disponibles à la fin de la chroniques (no spoil, promis!). En tout cas, j’adore!😊

Autre chose de très appréciable : sa façon de nous surprendre. Je n’exagère pas en disant que j’ai imaginé des dizaines de suites. Quand le résumé du tome 3 est sorti, j’en ai imaginé encore plus. Mais mes suites imaginaires n’avaient rien en commun avec ce que Christelle a fait, elles n’avaient rien à lui envier. Les fins sont impossibles à deviner (pour moi en tout cas), ce qui fait encore une fois de ce livre, une perle rare.

❄🌿 Histoire et Personnages

capture-d_c3a9cran-2015-12-29-c3a0-15-56-11Allez, passons aux choses sérieuses : l’histoire. Elle est dingue. Bien menée, bien ficelée, elle commence fort et on apprécie. J’appréhendais beaucoup le début du tome 3. C’est vrai. 2 ans et 7 mois se sont écoulés entre le tome 2 et le tome 3. On se pose des questions sur l’évolution des personnages, de leurs situations, de leurs caractères, de leurs manières de penser. J’ai été soulagée de retrouver mon Ophélie, pas du tout comme je me l’étais imaginée. Christelle a encore frappé. C’est toujours comme ça avec elle. On imagine 10 000 suites, et aucune de correspond à ceux qu’elle va faire! C’est fou. J’ai été très contente aussi que l’histoire et l’action commencent si vite. J’avais peur que les premiers chapitres soient un peu longs. Babel, l’archeOphélie fini par se rendre est également très particulière. Je ne sais pas trop ce que j’avais imaginé, mais pas ça en tout cas. L’histoire est composée de tout un tas de rebondissements plus fous (et malgré tout cohérents) les uns que les autres (le truc avec l‘automate notamment, que je n’ai pas du tout vu venir!). La fin est également composée, d’un.. euh de deux.. plutôt de trois.. bref de beaucoup de rebondissements encore plus inattendus! Je vous jure qu’à la fin, on se dit que Christelle est une déesse (j’ai du le répéter au moins 10 fois à la pauvre Marie, excuse moi encore pour cette longue journée d’hystérie)!💚

capture-d_c3a9cran-2015-12-29-c3a0-15-56-40Le meilleur pour la fin, les personnages. Ophélie est égale à elle même. Maladroite, têtue et avec une capacité effarante à attirer les catastrophes comme un aimant. Mais elle est également surprenante et déterminée.

Je vous aurais bien parlé de Thorn, mais vous sauriez dans ce cas si on le revoit avant la fin ou si il arrive à la dernière page.. ce serait nul pour vous, et je l’ai promis plus haut, pas de spoil. Mais je l’aime. Je l’aime beaucoup depuis le premier tome, je l’ai encore plus aimé dans le tome 2.

La tante Roseline est toujours à mourir de rire, et j’ai beaucoup aimé sa détermination et son amitié avec Bérénilde qui bien que non mise à jour explicitement, est toute de même bien palpable et réelle.J’ai beaucoup aimé les commentaire d’un des personnages sur cette relation. 😂😍

c7c205e23d3922b02d32115b691e83b1.jpgEt Archi. Mon Archi.  Il est égal à lui même, et Dieu merci, il a retrouvé sa personnalité. Lui aussi doit avoir une maladie génétique « attire-catastrophe » (soit disant passant incurable et bien handicapante), mais il est à mourir de rire. On en apprend un peu plus sur lui, merci Christelle.💞

Pour finir, je dirais qu’attendre le tome 4 (qui en pus sera le dernier tome de la saga) sera très très long. Je vais mourir en attendant. Et je prie pour qu’il sorte rapidement. Et j’imagine déjà 10 000 suites, alors que je sais déjà qu’aucune ne correspondra à ce que Christelle va nous offrir.

📚🐯 Note : 20/20

Scénario : 5/5

Personnages : 5/5

Style d’écriture : 5/5

Ressenti : 5/5


❄🌿📚🐯 Extraits 🐯📚🌿❄

[Sans spoilers]


 ❝ Ophélie se sentit si exaspérée qu’elle tendit par inadvertance une gaufre à la pendule de la famille. ❞

p20, Chapitre 1 : La fête


❝ – J’en déduis que chez vous les hommes ne portent pas de tenues comme la vôtre.
Ophélie se fit violence pour ne pas imaginer Thorn en petite robe grise. ❞

p68, Chapitre 5 : Le tac-si


❝ – Mais regardez moi un peu ce temps! s’exaspéra-t-elle en claquant sa main sur la fenêtre. Il fait plus déprimant chez vous que dans un bocal à cornichons! ❞

p144, Chapitre 11 : Voyage


❝ Ophélie chercha un récipient. Ici comme dans l’appartement du professeur, les objets étaient aussi farouches que des crabes qui se renfonceraient dans des cavités de rochers. Elle attrapa de justesse un bol en fer-blanc qui essayait de se cacher derrière un cactus. ❞

p364, Chapitre 32 : La datation

p 482 ❣ [j’ai promis qu’il n’y aurait pas de spoil so.. no spoil!]

Chronique n°16 : Calendar Girl, Janvier à Mai (Audrey Carlan)

Calendar Girl

(Janvier, Février, Mars, Avril, Mai)

(Audrey Carlan)


🎨🌸💕 Présentation 💕🌸🎨


 
 
 calendar-girl_janvier_audrey-carlan_hugo-romance
 

Série : Calendar Girl

Titre : Janvier/ Février/ Mars/ Avril/ Mai
 
Tome n° : 1 à 5/12
 
Auteure : Audrey Carlan
 
Édition : Hugo Roman
 
Nombre de pages : 155
 
Date de Publication :  Janvier à mai 2017
 
Prix : 9.95€
 

Résumé du tome 1 :

Mia vit seule avec son père et sa petite sœur à Las Vegas. Elle veut devenir comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père boit et joue. Il emprunte 1 million de $ qu’il perd et ne peut rembourser. Le prêteur sur gages l’expédie dans le coma. Mia doit assumer la dette de son père sous peine que sa petite sœur et elle subissent le même sort.

Elle deviendra escort. Un contrat mensuel de 100 000 $.

12 hommes, 12 villes, 12 rencontres, 12 livres… des scénarios qui se croisent, se recroisent et se décroisent.


🎨🌸💕 Avis 💕🌸🎨


💕🌸 Pourquoi as-tu lu/acheté ce livre?

Je ne lis pas beaucoup de New Romance, et si j’en lis, c’est seulement en e-book, car je suis souvent déçue. Je ne les rachète en format papier que si ce sont de réels coups de cœur (comme Off Campus par exemple, dont vous pouvez trouver la chronique juste ici). Je ne comptais pas acheter Calendar Girl, en tout cas maintenant, alors une amie me les a gentiment prêté (@la_vie_en_rose_78). Pour le moment ce n’est pas un coup de cœur, mais j’aime bien.

💕🎨 Le style d’écriture

Le style d’écriture est simple, fluide, agréable à lire, pas très recherché. Commun à beaucoup de new romances je pense. J’aime beaucoup le principe par contre. Un livre par mois, racontant justement le mois qu’elle vient de passer avec un de ses clients. J’adore cette façon de faire. Ça fait durer la série comme si on suivait l’année avec Mia en temps réel, ça m’a beaucoup beaucoup plu.

💕🌸 L’histoire et les personnages

J’aime bien l’histoire de base. Je n’avais pas encore lu de new romance comme celle-ci, même si j’avoue que le format ‘un livre par mois‘ ajoute un petit quelque chose au roman de base.

Au niveau de l’histoire donc, on rencontre Mia, une jeune femme de 24 ans (je crois?) qui est obligée de devenir « escort girl » pour payer une dette que son père n’est plus en mesure de rembourser. Au début je l’avoue, le contexte « fille forte qui se démène pour sa famille qu’elle aime plus que tout » m’a fait un peu peur, on tombe rapidement dans le cliché total avec la new romance. Mais ça, c’est supportable. Elle a tendance à en faire (beaucoup) trop à certains moments, et j’avoue que je ne m’attache pas du tout à elle. J’aime bien les personnages secondaires (exclusivement ses clients et leur entourage), mais avec elle ça ne passe pas. Elle m’énerve pas mal. D’accord elle n’a pas une vie facile, mais elle passe son temps à nous le rappeler. 😑

Elle rencontre donc son premier client, Wes, qui est évidemment charmant (euphémisme de l’année), il est en réalité beau comme un dieu, musclé où il faut et « plein aux as ». On ajoute au tableau qu’il est adorable et qu’il écrit des scénarios, et on ne peut que tomber amoureux(se) de lui. Bon, après il n’est pas vraiment intéressant je pense. C’est le mec classique de la new romance, son premier client, le plus génial à ses yeux etc. Cela ne l’empêche pas de l’oublier dès la porte du client suivant passée hein. C’est à partir de là qu’on aura quelques pages dans chaque tome où elle culpabilisera par rapport à lui etc. Donc vraiment, Mia me laisse assez perplexe, et m’agace un peu..

Ce qui fait l’histoire, je pense que ce sont vraiment les personnages secondaires donc. Bon, pas Gin, qui est la meilleure amie de Mia, qui m’exaspère aussi. Elles s’appellent toutes les deux ‘ma salope‘ ou ‘ma pute‘ entre autre, et si ça peut être drôle deux minutes, au bout de la 15ème fois, ça devient lourd. Ainsi que le fait de dire ‘ta tronche m’a manquée‘, ‘je veux voir ta tronche‘, ‘ramène ta sale tronche‘.. bon, une fois ça va, mais peut être qu’il faudrait varier un peu.. Quant à Maddy, on ne la voit tout simplement pas assez pour l’apprécier ou non. Elle est là, c’est tout.

MAIS HEUREUSEMENT, il y a les cliiiients. J’ai toujours dit que les clients étaient ce qui égayent la journée. Bon, je n’ai pas le même genre de clients personnellement, les miens viennent acheter de la nourriture, des plantes, des animaux ou de la décoration, mais bon. Bref, les clients de Mia sont donc les personnages les plus intéressants du livre (vous savez déjà que Wes ne m’intéresse pas plus que ça, il est là pour jouer son rôle de ‘peut être futur copain‘). Mais Alec, Tony et Mace sont des personnages sympathiques (et tous beaux comme des dieux en plus de ça). Tony est là pour donner au roman une touche de mode, il est là pour marquer la différence avec les deux premiers clients (Wes et Alec). J’ai trouvé l’histoire classique, mais sympathique à lire quand même. Pour Mace, qui est un joueur de base-ball, on sent que l’auteure voulait qu’on ne l’aime pas (au début en tout cas) pour qu’ensuite on apprenne à l’apprécier. Pour Thaï, c’est un peu différent. Ce n’est pas son client, mais plutôt un autre salarié du client de Mia. Il est beau comme un dieu (comme d’habitude), il a de magnifique tatouages hawaïens et il attend le grand amour. Il est gentil comme tout, je l’ai vraiment bien apprécié. C’est sans vraiment de surprise qu’on avance dans l’histoire, qu’on découvre un peu le mois que Mia à passer. C’est une lecture sympa.

Le meilleur pour la fin, ALEC. Alors celui ci, je l’adore. Il est donc dans le Calendar Girl de Février, et pour le moment, c’est mon préféré. Je trouve que c’est le seul un peu original, et j’aime énormément sa façon de voir les choses. Sa théorie sur l’amour est intéressante et je trouve que c’est vraiment le seul tome pour le moment qui sert de leçon à Mia (parce que bon, au final, ce qu’elle nous explique avoir appris à la fin de chaque tome est un peu.. bateau? Cliché? Bon là aussi c’est un peu cliché, mais la manière dont c’est enseigné est originale. Je n’ai pas vraiment d’autres mots je crois. Ces ‘pseudos enseignements’ sont d’ailleurs aussi un peu lourds à la longue, mais bon.) Et puis bon, ses petits « oui » à chaque fin de phrase m’ont un peu fait craquer j’avoue.. 💖

💕🎨 Note : 13.5/20

Scénario : 3.5/5

Personnages : 4/5 (j’enlève un point pour Mia, qui n’énerve vraiment beaucoup x) )

Écriture : 3/5

Ressenti : 3.5/5

 


🎨🌸💕 Extrait 💕🌸🎨


« – Tu es déjà montée dans une limousine ? demande Wes en me regardant d’un air amusé.
La réponse est non, bien évidemment, mais je refuse de le lui dire.
– Bien sûr, je dis en ouvrant la portière.
Wes met sa main sur sa bouche en riant et je grimace, ne comprenant pas la blague.
– Alors pourquoi tu veux monter à l’avant ? demande-t-il en désignant la porte que je viens d’ouvrir. »

Calendar Girl Janvier | Chapitre 3, page 45


« – Donc, poursuit Alec, pour avoir cette intimité avec toi, je dois t’aimer un peu. Mais ça ne m’empêchera pas de te laisser partir. Et quand tu ne seras plus avec moi, tu auras toujours une partie de mon amour avec toi, dans ton cœur. Pour toujours. Ce morceau de mon amour est à toi jusqu’à la fin de tes jours. […]
– Donc si je comprends bien, nous nous aimerons toujours, mais nous ne nous engageons pas auprès de l’autre comme un couple.
Oui*, exactement ma jolie*! Tu as compris. Je m’engage à t’aimer tant que tu es là et je te promets que mon amour restera avec toi toute ta vie. De mon côté, j’emporterai ton amour partout où je vais. Nous saurons toute notre vie que cette relation était construite sur la confiance, l’amour et l’amitié, dit-il avant de m’embrasser. Dans la vie, ce sont les seules choses qui comptent. »

*= mots en français dans le texte d’origine

Calendar Girl Février | Chapitre 5, pages 70 et 71


« – Je suis escort.
Elle hausse les sourcils et retient son souffle. Puis, plutôt que de m’insulter, elle laisse tomber sa tête en arrière et éclate de rire, si fort qu’elle en pleure. Son rire est contagieux et je ne peux me retenir de me joindre à elle.
Lorsque nous retrouvons Hector à la caisse; nous pleurons à chaudes larmes.
– Qu’est-ce qui vous est arrivé, bon sang? […]
– Elle a appris comment je gagnais ma vie, je glousse.
Il écarquille les yeux et saisit Angelina par le coude pour la tirer contre lui.
– Ce n’est pas du tout ce que tu crois, marmonne-t-il.
– Quoi? Que vous payez Mia pour que Mamma vous fiche la paix et que Tony puisse continuer à vivre sa vie?
– Ok, eh bien, si c’est précisément ce que tu crois alors.
Nous nous remettons toutes les deux à rire. »

Calendar Girl Mars | Chapitre 6, page 90


« – Tu veux un petit remontant?
J’écarquille les yeux.
– Il n’est même pas midi!
– Il est midi quelque part dans le monde, lance-t-il en me faisant un clin d’œil. »

Calendar Girl Avril | Chapitre 1 page 9

« Je veux qu’un coté de mon corps reste pur pour moi. Ce côté est pour ma vie, et je ne le partagerai qu’avec ma femme et mes enfants. Puis quand le moment sera venu, je partagerai les tatau de mes fils, puis de leur fils. »

Calendar Girl Mai |Chapitre 4, page 49

Chronique Livresque n°15 : Everything Everything (Nicola Yoon)


✨🌊🌴 Présentation 🌴🌊✨


CouveOK.inddTitre : Everything Everything
 
Auteur : Nicola Yoon
 
Édition : Bayard Jeunesse
 
Nombre de pages : 362
 
Date de Publication :  6 avril 2016
 
Prix : 16.90€
 

Résumé :

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.

Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.

Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.


✨🌊🌴 Avis 🌴🌊✨


🎂💞 Pourquoi as-tu lu/acheté ce livre?

C’est un livre dont j’ai beaucoup entendu parler sur bookstagram et booktube, mais également sur Facebook. Si on passe sur la (sublime) couverture, j’aime les livres dont le personnage principal est malade. Ça fait un peu sordide comme ça, mais ce sont des livres que je trouve lumineux, peu importe qu’ils finissent bien ou non. Ce sont des livres qui me donne l’impression de voir le monde d’une autre façon. Le monde est beau, mais il est différemment perçu selon l’histoire de chacun. Ces livres nous montre en général le point de vue de quelqu’un qui sait qu’il ne pourra en profiter longtemps, ou qui  ne pourra tout simplement que le voir de loin, comme c’est le cas pour Madeline. ☀

J’avais un peu oublié ce livre, jusqu’à ce que je tombe par hasard sur la bande annonce du film, qui a fait chavirer mon cœur (je vous la mets en bas de l’article).  Cette histoire avait l’air magnifique (et grand dieu, elle l’est), j’ai donc décidé de l’acheter le plus vite possible. Et heureusement, ma libraire en avait encore un exemplaire en stock, j’ai pu me le procurer rapidement.

Le film sort le 21 juin, mais je vous conseille de lire le livre avant de le voir, ce serait dommage de savoir ce qu’il va se passer, car on passe par tellement d’émotions en lisant le livre!

🍩💞 Le style d’écriture

Je ne m’attendais pas du tout à ça. Je ne sais pas du tout à quoi je m’attendais, peut être quelque chose plus dans le style de ‘Nos Étoiles Contraires‘. Mais c’est quand même vraiment génial. Je trouve que le style d’écriture et la présentation donne un coup de frais et de peps au livre, je ne sais pas trop comment l’expliquer. En tout cas, c’est très agréable à lire. L’écriture de Nicola Yoon est fluide. On a l’impression de glisser sur les mots, les phrases. Comme je n’avais pas feuilleté le livre avant de le lire, j’étais vraiment surprise de sa forme. Ça m’a beaucoup fait sourire. Sauf les pages en noir! Je ne les ai pas regardé avant de les lire, mais elles ne me disaient rien qui vaille. J’avais de plus en plus peur  mesure que je m’en approchais! Enfin bref, je ne vous en dis pas plus, pour ne pas gâcher le plaisir! 🙃

🍫💞 L’histoire et les personnages

EverythingEverything_Trailer2L’HISTOIRE. On rencontre donc Maddy, une jeune fille atteinte d’une maladie grave, rare et célèbre, la DICS (Déficit Immunitaire Combiné Sévère), plus connue sous le nom de « maladie de l’enfant bulle ». Si elle sort de chez elle, où chaque objet entrant dans la maison (humains compris) doit être décontaminé et où l’air est filtré, elle attrapera un virus contre lequel son corps ne pourra pas lutter. Maddy est comme elle dit, allergique au monde. Enfermée dans sa maison, elle suit des cours par internet et lit des livres. Elle n’a jamais mis un pieds dehors et compte sur les doigts d’une main le nombre de personnes qu’elle a déjà rencontrée pour de vrai.

c312113b-6859-46ae-9367-23ed60d11ef8-EETRLR001Un jour, de nouveaux voisins arrivent dans la maison en face. Une famille de quatre personne, dont un garçon de son âge : Oliver. Il est grand, agréable à regarder (espionner..) et ne s’habille qu’en noir. Au fil des chapitres, ils communiqueront, d’abord par mimes, puis par mail. Ils apprendront à ce connaître, et à éviter de parler de leur problème respectifs.

L’histoire se déroule doucement, tranquillement, en nous faisons voyager sur une mer de sentiments tous doux. Il est lumineux, plein d’espoir et d’ax240-e5Zmour. Il est beau, puissant. Ce livre est un voyage, qui nous montre le monde au travers d’un regard neuf, vierge de toutes ses splendeurs. On apprend à s’extasier pour la moindre petite chose. A vivre différemment les choses que l’on tient pour acquis. Marcher pieds nus dans l’herbe devient une aventure, respirer l’air frais du dehors une nouvelle expérience. On suit les expériences de Madeline, ses découvertes, ses espoirs, ses désespoirs comme si c’était les nôtres, comme si c’étaient nos premières fois à nous aussi. Car Madeline n’est jamais sortie, et beaucoup d’entre nous ne se rendent pas compte de ce que cela veut dire. Elle n’a jamais pris la voiture, vu de magasin, appris à nager, appris à faire du vélo ou de n’importe quelle autre activité physique nécessitant d’être à l’extérieur. Cela parait aujourd’hui impensable.

Un livre puissant, qui a été un énorme coup de cœur. Sûrement mon plus gros coup de cœur de 2017 d’ailleurs. Je voudrais garder pour toujours ce petit bout de lumière offert par Nicola Yoon.

🍪💞 Note : 20/20

Scénario : 5/5

Personnages : 5/5

Écriture : 5/5

Ressenti : 5/5

🥐💞 Bande annonce (sortie le 21 juin)


✨🌊🌴 Extraits 🌴🌊✨


« – Tu lis encore Des fleurs pour Algernon ? s’étonne-t-elle. Ce n’est pas ce livre qui te fait tout le temps pleurer ?
– Un jour, ça ne sera plus le cas, dis-je. Et, ce jour-là, je veux être sûre d’être en train de le lire. »
page 22

« Peut-être que grandir, c’est décevoir les gens qu’on aime. »

page 258

« Être amoureux de toi, c’est encore mieux que de l’être pour la première fois. C’est comme si c’était la première, la dernière, et l’unique fois en même temps. »

page 261

« L’amour.
L’amour rend fou.
Le perdre rend fou. »

page 353
Livre du même thème : The Memory Book (Lara Avery) publié aux éditions Lumen.

Chronique Livresque n°14 : Le Sang des Dieux et des Rois tome 2, Empire de Poussière (Eleanor Herman)

LSDDEDR1

Le Sang des Dieux et des Rois, tome 2 : Empire de Poussière

(Eleanor Herman)

ATTENTION : Cette chronique porte sur le TOME 2. Le résumé du tome 2 DÉVOILE donc des ÉLÉMENTS du TOME 1. Vous pouvez lire ma chronique sans risques si vous évitez le passage avec le résumé (situé dans la partie présentation). 😊


🐫🌄🍂 Présentation 🍂🌄🐫


9782221200773Série : Le Sang des Dieux et des Rois
 
Titre : Empire de Poussière
 
Titre VO : Blood of Gods and Royals, Empire Of Dust
 
Tome n° : 2/4
 
Auteure : Eleanor Herman
Traduction : Madeleine NASALIK
 
Nombre de pages : 384
 
Date de Publication :  13 avril 2017
 
Prix : 17.90€
 

Résumé : 

Magie sanguinaire, amours interdites et soif de vengeance : ni les dieux ni les rois ne sont à l’abri de la folie des hommes.
Sorti victorieux de sa première bataille, le prince Alexandre se fait violence pour devenir le chef dont son royaume a besoin.
Héphestion, temporairement écarté du pouvoir et envoyé en Égypte avec Katerina, doit la protéger d’une terrible prophétie.
Déterminé à faire une croix sur son premier amour, Jacob le guerrier s’est promis d’éradiquer la Magie de Sang et cherche l’aide de Cynané, qui croupit dans les geôles royales.
La princesse persane Zofia, enfin, qui poursuit sa quête des Dévoreurs d’Âmes, devra d’abord démêler les noirs secrets de son séduisant mais funeste ravisseur…


🐫🌄🍂 Avis 🍂🌄🐫


Tout d’abord, je voudrais remercier la Collection R pour l’envoi de ce roman. Votre message était inattendu, et j’ai été très heureuse de le recevoir. Merci encore.

Pour ceux qui éprouveraient le besoin de se remémorer le tome 1 avant de commencer le tome 2, voici un résumé des principaux évènements du tome 1 : ici.

🐫📚 Pourquoi as-tu lu/acheté ce livre?

Je suis tombée sur le tome 1 de cette saga complètement par hasard dans une librairie en mai 2016. La couverture m’a tout de suite attirée je dois avouer. On peut voir dessus eaFQ-EOChUuS-kru63x6Jrd7UC4@730x535une espèce d’antique serrure, en bronze peut être, au travers de laquelle on aperçoit les ruines d’un temple grec. Le résumé ensuite, m’a vraiment plu. L’histoire de départ prend place en Macédoine, lors de la 16ème année d’Alexandre, qui deviendra plus tard Alexandre le Grand. On est donc aux alentours de – 340 avant J.C. Ce roman raconte donc une partie de son histoire, enrichie de magie et de créatures extraordinaires. C’est donc une saga historico-fantasy que nous livre Eleanor Herman, un genre de romans que j’apprécie énormément. Guerriers, batailles, malédictions, complots.. il a tout pour plaire, et il m’a plu.

🍂🌄 Le style d’écriture

J’aime beaucoup le style d’écriture de l’auteure. Si certains considèrent les nombreuses descriptions comme un point négatif, ce n’est pas mon cas. Elles permettent, à mon sens, d’imaginer à la perfection le contexte, les lieux, les personnages sans problème, de nous immerger dans l’époque. De plus, E.H. nous livre énormément de 220px-AlexanderTheGreat_Bustdétails historiques, tant sur les tenues, les bâtiments ou les objets que sur le fonctionnement du gouvernement. Je trouve que cela enrichi beaucoup le roman, et c’est vraiment agréable d’en apprendre un peu plus sur les us et coutumes de l’époque. Pour le reste, l’écriture est fluide et agréable, et l’auteure nous offre les points de vue de plusieurs personnages. De BEAUCOUP de personnages en fait. Il peut être un peu difficile de s’y retrouver au début, mais j’ai eu l’impression de m’y faire assez vite. J’ai trouvé très amusant de voir un personnage selon plusieurs point de vue (par exemple, Héphestion vu par Kat est très différent que Héphestion vu par Alexandre), dans des situations interprétées différemment, selon l’histoire et les les sentiments de chacun. C’est assez comique. très amusant de voir un personnage perçut par différentes personnes, on a parfois l’impression d’avoir deux personnages différents alors que non.. j’aime beaucoup.Chacun des personnages principaux (Alexandre, Héphestion, Katerina, Cynané, Zofia) ont des diminutifs (Cynané devient ‘Cyn’, HéphestionHéph‘ etc), sauf Jacob (je suppose que ‘Jac’ ne sonnait pas très bien et que ‘Jake’ faisait un peut trop américain pour l’époque..), ce que certains trouvent agaçant mais pas moi. Je pense que cela permet d’abord de distinguer les personnages les plus importants des autres (et aux vues du nombre de personnages, cela semble plutôt pertinent à mon avis), mais aussi de développer une certaine familiarité avec eux.

De plus, le livre est découpé en 5 parties (d’environ 7 chapitres à chaque fois), et les chapitres ne sont pas très longs (entre 12 et 20 pages), ce qui permet une coupure et un changement de point de vue régulier.

🐫📚 L’histoire et les personnages (du tome 2)
9782221188934
Le Sang des Dieux et des Rois, tome 1

J’ai adoré les intrigues de ce tome. Bien qu’elles suivent celles du premier tome, elles sont plus « rythmées«  ici, plus prenantes. On a l’impression qu’elles avancent vraiment, qu’elles vont se résoudre petit à petit. J’avais personnellement adoré le premier tome, qui avait été un énorme coup de cœur, même si certains l’avaient jugé trop lent. On en apprend davantage sur la magie présente dans l’histoire, les Seigneurs Esariens, et sur les liens entre les personnages. C’est un gros point positif, car ces informations manquaient cruellement dans le premier tome je trouve.

Il y a plus d’actions aussi pendant ce tome, les personnages agissent, prennent des décisions importantes et se battent. J’aime la façon dont les combats sont relatés, même si certains éléments paraissent un peu exagérés d’après moi, « trancher » un bras par exemple paraît un peu facile j’ai l’impression.

Dans ce tome, les histoires et les personnages s’entremêlent, se lient, et c’est vraiment bien, cela nous permet de mieux comprendre la place et l’utilité de chacun dans l’histoire. Certaines révélations se « recroisent«  et nous donnent des explications, c’est toujours très satisfaisant de comprendre un détail et d’y réfléchir, d’échafauder des théories. On finit par ne plus tenir en place, par suspecter certains personnages de faire telle ou telle chose, d’être telle ou elle personne.

Les personnages sont plus attachants, plus développés. On nous dévoile leurs ambitions, leurs sentiments, leurs théories. J’ai apprécié des personnages que je n’aimais pas dans le premier tome, dont Cynané, qui prends du poil de la bête et devient bien plus intéressante dans ce tome, et Jacob que je n’appréciais pas spécialement mais qui devient lui aussi beaucoup plus intéressant (et ambitieux!) que dans le premier tome. J’ai encore plus apprécié Katerina aussi, que j’avais commencé à aimer vraiment après la bataille contre les Seigneurs Esariens. J’aime toujours autant Héphestion et Alexandre. La Princesse Zofia prend elle aussi plus d’importance, ses réflexions sont plus cohérentes (même si j’ai trouvé certains de ses sentiments peu crédibles dans le chapitre 20) elle est moins agaçante, et la fin du second tome est plein de promesses quant à son avenir.

Je me rappelle que dans le premier tome, certains points de vue m’intéressaient moins que d’autres. Je n’aimais pas trop les passages de Zofia par exemple, et j’avais hâte d’en finir pour passer à un autre personnage. Dans ce tome, ce n’est pas le cas. J’aime chaque passage, chaque personnage et je savoure les révélations, les décisions, les dilemmes apportés par chaque nouveau chapitre.

18157825_579764728901456_5005459808902040249_nPour terminer, je peux dire que ce second tome a été un énorme coup de cœur également et qu’il surpasse à mon sens le premier tome. Il va falloir que je prenne mon mal en patience, car le troisième tome ne sort en VO que le 27 juin..  Voici la couverture VO pour patienter.. Le tome s’appelle littéralement ‘Le règne des Serpents‘. Vous pouvez trouver le résumé en anglais sur Booknode.

Je pourrais le prévoir de l’acheter en VO, mais comme j’ai déjà les deux premiers tomes en VF, je ne veux pas changer de collection ou de langue. Tout ce que je peux dire, c’est qu’à peine quelques heures après avoir fini le tome 2, je meurs déjà d’impatience de savoir la suite.

Vous pouvez suivre Eleanor Herman sur facebook pour être tenus au courant des dernières informations sur la saga (ici), ainsi que la Collection R sur : son site, sa page facebook ou son compte instagram.

🍂🌄 Note : 19/20

Scénario : 4.5/5

Personnages : 4.5/5

Écriture : 5/5

Ressenti : 5/5

 


🐫🌄🍂 Extraits 🍂🌄🐫


« Comment combattre les pirates si je me fais du souci pour toi? »
Kat boucle son ceinturon. Il remarque que ses yeux lancent des éclairs comme deux émeraudes étincelantes et qu’elle a les joues empourprées. […]
« Si je suis blessée, déclare-t-elle en plantant son regard dans le sien, tu n’auras qu’à m’embrasser, comme la dernière fois. »

Chapitre 8, page 106


« Les prêtres ont pour habitude de s’exprimer par énigmes, dit Alexandre à la foule parcourue de murmures. Bien qu’il soit possible qu’il s’agisse d’une stratégie pour détourner les soupçons. »

Chapitre 9, page 119


Elle montre d’un geste deux hommes en grande conversation près des portes d’un temple. Torse nu, les yeux soulignés d’un épais trait de khôl, une masse de minuscules tresses noires en guise de cheveux. Ils portent tous deux d’importants colliers en faïence turquoise ainsi que des jupettes plissées de couleur blanche.
Elle lui adresse un autre sourire, qui sent son coeur bondir dans sa poitrine.
« J’aimerais te voir habillé comme ça », plaisante-t-elle.
« Et moi, te voir habillée comme elles », rétorque-t-il en désignant de la tête deux jeunes femmes qui discutent au beau milieu de la rue. Leur toge sans manches, à l’étoffe transparente, ne laisse pas grand-chose à l’imagination.

Chapitre 17, page 205

Chronique Livresque n°13 : La Sirène (Kiera Cass)

1


🚢☀🌊 Présentation 🌊☀🚢


Siren+Cover💫 Titre : The Siren/La Sirène

💫 Auteure : Kiera Cass

💫 Éditions :

➡ VO : Harper Collins

➡ VF : Collection R

💫 Nombre de pages :

➡ VO : 327

➡ VF : 342

💫 Date de publication : 2016

💫 Prix : 17.90€ (vf)

💫 Résumé :

Une fille au lourd secret.
Le garçon de ses rêves.
Un océan les sépare.

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l’Océan en poussant les humains à la noyade. Son arme ? Une voix fatale pour qui a le malheur de l’entendre… et qui l’oblige à se faire passer pour muette lorsqu’elle séjourne sur la terre ferme. Akinli, lui, est un séduisant jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé. Alors que leur amour naissant leur fait courir un grave danger, Kahlen est-elle prête à tout risquer pour Akinli ?


🚢☀🌊 Avis 🌊☀🚢


🚢 Pourquoi as-tu lu/acheté ce livre?

J’ai acheté ce livre en août 2016, pendant mon voyage en Angleterre. J’en avais beaucoup entendu parler en France, et je suis retombée dessus dans une librairie à Oxford. Je l’ai donc acheté directement, sans trop réfléchir. Depuis, il traine dans ma bibliothèque, sans que je me décide à l’en sortir. Je l’ai finalement lu grâce à -C de @lespagespassionees (allez visiter son blog), qui a voulu le lire, et à qui j’ai proposé une lecture commune. 💛😊

🌊 Le style d’écriture

J’ai bien aimé retrouver le style de Kiera Cass, que j’avais adoré dans sa saga ‘La Sélection’ (trilogie suivie d’une duologie). C’est simple, claire, précis, agréable à lire et fluide. 😄

🚢 L’histoire et les personnages

J’ai beaucoup aimé le concept de base. Je m’attendais à un « remake » de La Petite Sirène (avec papa Triton qui refuse de laisser Ariel voir autre chose que le palais royal), mais pas du tout. Cela m’a agréablement surprise. On rencontre donc Kahlen, qui doit devenir une sirène pour survivre. Elle doit servir l’Océan pendant 100 ans avant de redevenir humaine et de vivre une nouvelle vie. J’ai beaucoup aimé cette « nouvelle » (pour moi en tout cas) approche du mythe des sirènes. C’est un point de vue intéressant et surprenant. 😄

Malheureusement, si le contexte de base est très accrocheur, le personnage principal, Kalhen, l’est beaucoup moins. En trois mot, elle est insupportable. Elle est 18387054_1032941840169167_281265053_nmalheureuse comme les pierres pendant tous le livre, autant vous dire que 300 pages de tristesse intense, c’est un peu long pour un livre de romance.. Elle s’apitoie sur elle même pendant tout le livre, tournant en rond sur le fait qu’elle n’aime pas cette vie, qu’elle aime l’Océan, mais qu’elle le déteste en même temps.. enfin bref, on a vite fait le tour. De plus, comme nous n’avons que son point de vue, ses « pleurnicheries » sont incessantes. Ça fait un peu sans cœur dit comme ça, mais je vous assure qu’au bout d’un moment, on est pris d’une certaine envie de la secouer comme un prunier. 😑

Heureusement, les personnages secondaires sauvent un peu l’histoire. J’ai bien aimé Miaka et Elizabeth, qui même si du point de vue de Kahlen paraissent superficielles, ne le sont pas vraiment, et profitent juste de ce que la vie de sirène peut leur offrir (à savoir, la beauté, l’immortalité, etc). J’ai aimé leur personnalité festive, elles sont les rayons de soleil de l’histoire. Akinli est adorable aussi, je pense qu’on aimerait tous/toutes rencontrer quelqu’un comme ça, même si pour moi, il passe bien trop vite au dessus des choses. Je veux bien qu’il soit gentil et qu’il apprécie Kahlen, m’enfin, avec ce qu’elle a fait, je l’aurais un peu en travers de la gorge, et je demanderais au minimum des explications.. .😓

J’ai adoré Aisling aussi, d’une douceur incontestable, qui joue le rôle de bouée (l’expression ultra élégante..) de sauvetage pour Kahlen. Padma sert également de bouée, mais plutôt dans le sens où on pouvait espérer que les souffrances qu’elle a éprouvé permettrait à Kahlen de relativiser sur les siennes. En se disant que finalement, celles de Padma ont plus de légitimité (l’espoir fait vivre..).

La fin par contre m’a beaucoup plu, et rattrape un peu le livre. J’ai retrouvé le sentiment de surprise du début. Le livre fini en douceur, avec un petit détail subtil, non expliqué, mais qui nous met du baume au cœur. Pour ceux qui l’ont lu, vous aurez peut être compris que je parle de la bouteille d’eau. Un petit message de fin qui permet à l’histoire de se terminer en douceur. .😊

🌊 Note : 3/5 

Scénario : 3/5

Personnages : 2.5/5

Écriture de l’auteure : 4/5

Ressenti : 2.5/5


🚢☀🌊 Extraits 🌊☀🚢


« I want to live! Nineteen years old was not enough. There were still so many foods to taste and places to visit. »

Chapter 1, page 5


« Why does she even bother sleeping? » I heard Elizabeth ask quietly. « You’d think by now she’d stop trying. We don’t need it. »
I paused, waiting to hear Miaka’s response. « She must have a really wonderful dream often enough to make the bad ones worth it. »

Chapter 5, page 49


« Come throw you heart into the waves
Your soul is lost, and still it saves
Drink me in and come undone
Trade a thousand lives for one
Come away, drink it in
Drink and sink and let it end
Drink and sink and let it end
You are no more, you are no less
For all must die, all must rest
Bring your dody unto me
Let your graveyard be the sea
Come away and drink it in
Drink and sink and let it end
Drink and sink and let it end »

Chapter 29, page 298


« There always toom for love, » Padma whispered. « Even if it’s as small as a crack in a door. »

Chapter 30, page 307


« I didn’t know if there was a word bigger than soul mates, something that meant the feeking of being so connected that it was hard to tell where one person ended and the other began. »

Epilogue, page 326

Et vous? Avez vous lu ce livre? Qu’en avez vous pensé?

Je vous laisse le lien pour aller lire la chronique de – C (♥) : cliquez  ici.

Article précédent : La Passe Miroir tome 1, Les Fiancés de l’Hiver (Christelle Dabos)