Chronique n°61 : Lux, tome 1 – Obsidienne (Jennifer L. Armentrout)

« – Tu es toujours aussi agréable avec les gens ?
Il passa devant moi pour aller fermer l’arrivée d’eau.
– Toujours. Et toi, tu reluques toujours les mecs auxquels tu demandes ton chemin ?
– Tu ouvres toujours ta porte à moitié nu ?
– Toujours. Et tu n’as pas répondu à ma question. Tu reluques toujours les mecs comme ça ? » Lire la suite « Chronique n°61 : Lux, tome 1 – Obsidienne (Jennifer L. Armentrout) »

Publicités

Chronique n°44 : Heartless (Marissa Meyer)

– Heureux, je bats comme un tambour. Triste, je me brise comme du verre. Une fois dérobé, on ne peut plus jamais me reprendre. Qui suis-je?
Elle réfléchit longuement avant de suggérer :
– Un cœur?
Hatta la dévisagea avec affection.
– Exactement, lady Pinkerton.
– Elle est excellente, le complimenta-t-elle,mais je me demande s’il ne serait pas plus exact de dire : « une fois donné, on ne peut plus jamais le reprendre »?
– Cela impliquerait que nous donnons toujours notre cœur de notre plein gré, et je ne suis pas sûr que ce soit le cas.

Lire la suite « Chronique n°44 : Heartless (Marissa Meyer) »

Chronique n°42 : The Mortal Instruments – tome 1, La Cité des ténèbres (Cassandra Clare)

À la lumière du jour, ses yeux avaient la couleur du miel et en ce moment même ils étaient…braqués sur elle.
Il leva un sourcil.
– Tu as quelque chose à me dire ?
Clary décida sur-le-champ de trahir la cause féminine.
– Ces filles, là-bas, à l’autre bout du compartiment… Elles te regardent.
Jace répondit avec une complaisance tranquille.
– C’est normal, je suis beau à tomber par terre.
– Ce n’est pas la modestie qui t’étouffe !
– La modestie, c’est un concept de laid. Les humbles régneront peut-être un jour sur le monde ; en attendant, il appartient aux vaniteux.

Lire la suite « Chronique n°42 : The Mortal Instruments – tome 1, La Cité des ténèbres (Cassandra Clare) »

Chronique livresque n°38 : Les Hauts de Hurlevent (Emily Brontë)

Catherine Earnshaw, puisses-tu ne pas trouver le repos tant que je vivrai ! Tu dis que je t’ai tuée, hante-moi, alors ! Les victimes hantent leurs meurtriers, je crois. Je sais que des fantômes ont erré sur la terre. Sois toujours avec moi… prends n’importe quelle forme… rends-moi fou ! mais ne me laisse pas dans cet abîme où je ne puis te trouver. Oh ! Dieu ! c’est indicible ! je ne peux pas vivre sans ma vie ! je ne peux pas vivre sans mon âme !

Lire la suite « Chronique livresque n°38 : Les Hauts de Hurlevent (Emily Brontë) »