Chronique n°69 : Les oubliés du dimanche (Valérie Perrin)

« Il faut écouter dans l’urgence parce que le silence n’est jamais loin. »

« Mon amour, la première fois que je t’ai embrassée j’ai senti un battement d’ailes contre ma bouche. J’ai d’abord cru qu’un oiseau se débattait sous tes lèvres, que ton baiser ne voulait pas du mien. Mais quand ta langue est venue chercher la mienne, l’oiseau s’est mis à jouer avec nos souffles, c’était comme si on se le renvoyait de l’un à l’autre. »

Lire la suite « Chronique n°69 : Les oubliés du dimanche (Valérie Perrin) »

Publicités

Chronique n°61 : Lux, tome 1 – Obsidienne (Jennifer L. Armentrout)

« – Tu es toujours aussi agréable avec les gens ?
Il passa devant moi pour aller fermer l’arrivée d’eau.
– Toujours. Et toi, tu reluques toujours les mecs auxquels tu demandes ton chemin ?
– Tu ouvres toujours ta porte à moitié nu ?
– Toujours. Et tu n’as pas répondu à ma question. Tu reluques toujours les mecs comme ça ? » Lire la suite « Chronique n°61 : Lux, tome 1 – Obsidienne (Jennifer L. Armentrout) »

Chronique n°44 : Heartless (Marissa Meyer)

– Heureux, je bats comme un tambour. Triste, je me brise comme du verre. Une fois dérobé, on ne peut plus jamais me reprendre. Qui suis-je?
Elle réfléchit longuement avant de suggérer :
– Un cœur?
Hatta la dévisagea avec affection.
– Exactement, lady Pinkerton.
– Elle est excellente, le complimenta-t-elle,mais je me demande s’il ne serait pas plus exact de dire : « une fois donné, on ne peut plus jamais le reprendre »?
– Cela impliquerait que nous donnons toujours notre cœur de notre plein gré, et je ne suis pas sûr que ce soit le cas.

Lire la suite « Chronique n°44 : Heartless (Marissa Meyer) »

Chronique n°42 : The Mortal Instruments – tome 1, La Cité des ténèbres (Cassandra Clare)

À la lumière du jour, ses yeux avaient la couleur du miel et en ce moment même ils étaient…braqués sur elle.
Il leva un sourcil.
– Tu as quelque chose à me dire ?
Clary décida sur-le-champ de trahir la cause féminine.
– Ces filles, là-bas, à l’autre bout du compartiment… Elles te regardent.
Jace répondit avec une complaisance tranquille.
– C’est normal, je suis beau à tomber par terre.
– Ce n’est pas la modestie qui t’étouffe !
– La modestie, c’est un concept de laid. Les humbles régneront peut-être un jour sur le monde ; en attendant, il appartient aux vaniteux.

Lire la suite « Chronique n°42 : The Mortal Instruments – tome 1, La Cité des ténèbres (Cassandra Clare) »