Chronique n°73 : Je serai toujours là pour toi (Andy Pierce)

Ce soir là, en refermant derrière elle la porte du 7 allée des Marguerites, Rose eut la sensation très nette qu’un changement s’était opéré en elle. Elle avait conscience d’être passé tout près de la mort et c’était son père qui l’avait sauvée.

dav

je serai toujours là pour toit

Titre : Je serai toujours là pour toi

Auteure : Andy Pierce

Édition : auto-édition

Date de publication : 17 décembre 2017

Nombre de pages : 239

Résumé : « On déménage. À la fin du mois. »
Pour Rose, tout a commencé ce jour-là. Le choc, la colère, la révolte…
Le moment du départ. L’installation dans la nouvelle maison. Les promenades nostalgiques sur la falaise…
Rose, quinze ans, est intelligente et plutôt mignonne, mais ce n’est jamais simple de tout quitter, surtout quand on se retrouve dans une petite ville inhospitalière du nord de la France. Plutôt que de chercher à se faire des amis, elle sombre petit à petit dans la dépression…
De son côté, son père, qui est commissaire de police, s’enlise dans une enquête pour meurtre qui plonge toute la ville dans l’angoisse.
Un jour, Rose est agressée sur les quais. Dès lors, l’enquête va faire partie de sa vie. En s’y intéressant, elle va être amenée à remettre en question toutes ses certitudes…

dav

Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Tout d’abord je tenais à remercier l’auteur pour l’envoi de son livre! Je ne lis pas vraiment ce genre de livres (romans policiers), donc ça m’a un peu fait sortir de ma zone de confort, et c’était vraiment chouette.

Le style d’écriture

J’ai beaucoup aimé le style d’écriture, que j’ai trouvé fluide et agréable à lire. Les descriptions sont pertinentes, suffisamment longues pour qu’on imagine parfaitement l’environnement dans lequel évoluent les personnages, mais pas trop longues non plus. Le récit est très bien rythmé par les rebondissements. Au début j’ai même eu un peu de peur de tous ces rebondissements, avec les différents thèmes abordés et tout (romance, enquête etc), j’avais peur de m’égarer en cours de route.

L’histoire et les personnages

On rencontre Rose dans un moment assez difficile. En effet, son père est muté dans une petite ville loin de chez elle, et elle est forcée de suivre le mouvement. Elle en veut d’ailleurs beaucoup à ses parents pour ça. Elle devient même dépressive, inquiétant fortement ses derniers. Elle remonte la pente petit à petit suite à sa rencontre imprévue avec une petite fille. Elles deviennent très vite amies.

J’ai beaucoup aimé Rose, qui a un caractère fort, qui est courageuse et pleine de ressources. J’ai quelques fois levé les yeux au ciel devant ses réactions, mais je l’adore quand même. J’ai beaucoup aimé Athony aussi qui est un jeune de son lycée. Ensemble, ils vont finir par se rapprocher de l’enquête que mène le père de Rose, pour le meilleur.. et pour le pire.

La cerise sur le gâteau : la fin (que je n’ai cette fois pas devinée). Vous le savez si vous me connaissez depuis un moment, mais il n’y a rien de pire pour moi qu’une fin prévisible (surtout quand l’auteur essaye de la rendre imprévisible alors qu’elle se devine vraiment), mais j’ai été très surprise. Elle est originale et ambitieuse.

EN BREF : Je suis très contente de m’être plongée dans ce roman. J’ai beaucoup aimé l’écriture et le rythme du roman, les personnages, l’intrigues et les nombreux rebondissements (qui m’ont tenue éveillée plus tard que j’aurais du). Je n’hésiterai pas à me plonger dans d’autres romans de ce style, il se pourrait que j’y prenne goût! Cette chronique est un peu courte, désolée, mais j’ai vraiment peur de vous en dire trop si j’en parle plus, et vous connaissez ma politique : no spoil.  Donc je m’arrête là, mais je vous conseille vraiment ce livre.

Note : 17/20

dav

C’était tellement fragile, une promesse, et en même temps, elle avait tellement envie d’y croire…


Il valait mieux aimer ne serait-ce qu’une seconde et souffrir le restant de ses jours que de ne pas aimer du tout !


– Même dans les situations désespérées, on peut toujours trouver une solution, Rose, dit-il après une longue pause. Une roue de secours, une bouée de sauvetage. Un petit détail qui rend la vie moins pénible et qui nous empêche de couler.


— Je sais ce que tu éprouves ! lança Cloé en se levant à son tour pour rejoindre Rose. Je le sais parce que j’ai vécu la même chose que toi il y a trois ans.
Le vent était un peu retombé. On distinguait toujours le ferry, à des kilomètres de la côte, bien au-delà des dernières bouées. Rose s’était arrêtée brusquement et réfléchissait, les poings serrés, l’œil ardent.
— La fille qui venait du XVIème et qui ne faisait que pleurer, c’était moi. Moi il y a trois ans. Quand j’ai atterri à Escarpeville.
Il n’y avait plus d’ironie dans sa voix. Rose fit volte-face.
— Oui, je sais ce que tu éprouves, poursuivit Cloé. Je le sais mieux que personne. Moi aussi je suis venue sur cette falaise. Moi aussi j’ai voulu…
— Je ne sais pas moi-même ce que je veux, l’interrompit Rose d’une voix éteinte. Je ne sais pas… Je veux dire… Parfois, j’ai le sentiment que je suis vide, que mon esprit s’est comme évaporé et… et qu’il n’y a plus rien de réel… Plus rien si ce n’est ce gouffre qui m’appelle…

dav

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s