Chronique n°72 : Forever You – Saison 1 (Rose Becker)

– Tu es spéciale, Grace Adams.
– Dans le bon ou dans le mauvais sens ?
– Je ne sais pas encore..

forever you

forever youTitre : Forever You

Auteure : Rose Becker

Édition : Addictives

Nombre de pages : 588

Date de publication : 7 décembre 2017

Prix : 14. 90€

Résumé : Grace Adams, 17 ans, a su donner une image de sa personnalité conforme à ce qui peut convenir à son entourage. Mais avec Noam Hunter, tout est remis en question. Devant ce beau brun rebelle qui séduit toutes ses amies, Grace aimerait se découvrir telle qu’elle est réellement, mais se demande si c’est réellement l’amour qui l’incite à prendre ce risque.

forever you

Pourquoi avoir lu/acheté ce livre ?

Je l’ai acheté sur un coup de tête ! Une Instagrameuse le vendait en occasion, et Amandine (@amandineisreading) parle tellement en bien de ce roman que je voulais le découvrir ! Vous le savez la New romance n’est pas du tout mon genre de prédilection, et je suis très difficile. Mais celui-ci, je l’ai adoré !

Le style de l’auteur

J’avais beaucoup de mal avant avec les livres écrit à la première personne, mais ça ne me gêne plus du tout maintenant. Du coup j’ai vraiment bien aimé le style de l’auteure qui est fluide et agréable à lire.

L’histoire et les personnage

On fait la rencontre de Grace, une jeune étudiante dans un lycée privé aux USA. Et qui dit lycée privé dit gamins plein aux as. Pour s’intégrer, Grace a inventé une histoire, celle de sa vie, de son autre vie, dans laquelle sa grand-mère décédée serait une riche milliardaire avec qui elle habiterait. Grace est la principale narratrice, et elle nous parle de sa vie dorée au lycée, mais également de son autre vie, celle qu’elle essaye à tout prix de cacher. Son rêve? intégrer une grande école de stylisme. Mais vous le savez aux USA, qui dit grande école dit : prix exorbitant. En gros, si tu n’es pas riche, soit tu décroche une bourse, soit tu t’endettes sur 4 générations. Grace est donc une élève appliquée et sérieuse, qui espère que ses notes lui permettront de décrocher une bourse.

Noam est un garçon (très très riche) de son lycée. Il est admiré de tous, mais il n’y fait pas attention. Il ne fait attention à rien. Il n’écoute pas vraiment en cours, se contentant d’être présent, mais excelle quand même partout. Son frère disparait au début du roman, et c’est grâce ou à cause de ça que Noam et Grace se rencontre. En effet, elle est la dernière personne à avoir vu le frère de Noam vivant.

Petit à petit, ils vont se côtoyer et apprendre à se connaitre. C’est plutôt cliché dans l’ensemble, mais j’ai quand même passé un super moment de lecture. J’ai bien aimé Grace, que je trouve vraiment forte et assez marrante. J’ai bien aimé Nohm aussi, même si des cours de gentillesse ou de délicatesse ne lui ferait pas de mal. A leur histoire s’ajoutent d’autres éléments qui permettent de dynamiser le livre dont, l’enquête sur la disparition de Dylan, mais également un mystérieux Corbeau. Le Corbeau, c’est Gossip Girl, en gros. Il balance de vilains secrets sur les élèves (et pas que..). Des secrets plutôt graves d’ailleurs, on est loin de « untel a trompé truc ». J’ai beaucoup aimé cette partie, mais j’aimerai vraiment plus d’indices sur ce corbeau!

EN BREF : Bon, cette chronique est un peu brouillon, mais je n’arrive pas à la rédiger correctement, vraiment désolée pour ça. Mais en bref, j’ai beaucoup aimé les personnages, et malgré les clichés, j’ai vraiment passé un très bon moment. J’ai h^te de lire la suite (que je vais probablement acheté sur liseuse, puisqu’il n’est pas dispo à la FNAC pour l’instant!). L’écriture est sympa, et les rebondissements donnent une dynamique agréable au roman! Je le conseille à tous ceux qui aiment la romance, et qui ne l’ont pas encore lu (vous ne devez pas être nombreux ahah).

Note : 17/20

forever you

Est-ce de l’amour ? Je l’ignore. Je n’ai jamais aimé avant lui. Je ne sais qu’une chose : c’est si énorme, si violent que ça me donne le vertige.


Au contraire, la toile voisine semble plus apaisée. Grand monochrome bleu, elle fait naître en moi un sentiment de liberté… surveillée. Car le cadre vient la briser, comme s’il s’agissait d’un ciel vu d’une fenêtre close.


La peur est contagieuse, c’est exact, mais le courage aussi. Il suffit parfois d’une étincelle pour allumer le brasier.

forever you

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s