Auteur.e.s Français.e.s·Auto-éditions·Chroniques Livresques·Fictions Historiques·Livres lus en Septembre·Lus en 2018

Chronique n°71 : Pour toi, pour nous (Henri Nestière)

« À vous qui lisez ces mots, sachez que je me nomme Adelia, fière fille d’Elvo, guerrier arverne respecté, et de Celia, noble romaine, ayant fui pour l’amour de son gladiateur. Laissez-moi vous révéler leur histoire qui prit vie à Capoue, territoire de la république de Rome, dans le ludus du dénommé Lentulus Batiatus. »

GNM08R

pour toi. pour nousTitre : Pour toi pour nous

Auteur : Henri Nestiere

Édition : auto-édition

Nombre de pages : 334

Date de publication : 15 mai 2018

Prix : 12.99€

Résumé : Lorsque des archéologues déterrent des écrits au sein d’un oppidum d’Auvergne, c’est une véritable épopée qu’ils découvrent. Elvo est gladiateur sur le sol de la république de Rome. Célia est, quant à elle, la fille d’un noble romain. Amoureux, quand la révolte de Spartacus éclate, c’est leur chance d’union et de liberté qu’ils saisissent. Mais les Romains ne sont pas prêts à laisser fuir les évadés sans conséquence. Au cœur des violences des affrontements et de celles propagées par la révolte elle-même, les deux amants n’ont plus d’autres désirs que de tenter de rejoindre les Alpes, l’Arverni, la terre d’Elvo.GNM08R

Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Tout d’abord, je voudrais remercier l’auteur pour l’envoi de ce livre! Je suis une grande passionnée d’Histoire, vous le savez, alors un livre prenant place av J.C, c’était vraiment le genre de livre qui pouvait m’intéresser. Et, attention spoiler, j’ai beaucoup aimé!

Le style d’écriture

Le style d’écriture est assez fluide, il explique bien les évènements et décrit avec justesse l’époque, les coutumes et les paysages. J’ai trouvé parfois quelques descriptions trop longues, par exemple, les batailles sont pour moi un tout petit peu trop décrites. On est plongé au cœur de l’action, on décrit les combats menés par ci par là (un Romain blesse un Celte, un Celte blesse un Romain, un esclave achève un Romain etc) mais au bout de quelques pages, ça devient long. A part ça, rien à redire sur le style d’écriture qui est claire, fluide et agréable à lire!

L’histoire et les personnages

L’histoire débute en France, lorsqu’une équipe d’archéologues fait une découverte des plus intéressante. Des papyrus, racontant la vie d’un gladiateur et d’une romaine, sous la révolte de Spartacus et le siège d’Alésia (sisi, vous avez vu ça en CM2, avec Vercingétorix et Jules César!). Les parchemins sont écrits par la fille du gladiateur qui conte l’histoire de ses parents. Cette histoire se déroule donc en Italie, près de Rome. Elvo est un Gaulois, pris en otage puis vendu, pour finalement devenir gladiateur. Ce n’est pas un choix personnel bien sûr, c’est son maître qui lui trouve du potentiel à exploiter dans ce domaine. Celia est une Romaine de famille noble, passionnée par les combats de gladiateurs. Sa vie est simple, sans soucis, si on excepte bien sûr les petits aléas de la vie mondaine et la pression sociale (faire un bon mariage tout ça tout ça).

Tout d’abord, j’ai trouvé le contexte super intéressant! Des documents très anciens racontant la vie (et l’histoire d’amour) d’un gladiateur et d’une Romaine, j’ai trouvé le concept génial, le rêve de tout archéologe. L’époque choisie me plait, de plus, énormément, donc vraiment on part d’un bon pied. J’ai trouvé cependant que le roman allait un peu vite au début. Par exemple l’histoire d’amour prend très vite place, les deux personnages se rencontrent deux fois, et après on a un petit paragraphe qui nous dit clairement « au fil de leurs rencontres ils tombèrent amoureux », et on passe à la suite. C’est un peu expédié.. Mais rassurez-vous, c’est vraiment le seul bémol que j’ai pu trouver dans ce livre (en plus des petites longueurs descriptives dont je vous parlais au début).

J’ai beaucoup aimé les personnages, notamment Elvo et Célia, qui sont touchants, forts, et sacrément badass. Je peux vous dire qu’elle cache bien son jeu la Romaine. J’ai adoré rencontrer des personnages historiques comme Spartacus, la façon dont il est décrit, sa façon d’agir, j’ai vraiment tout adoré chez lui. On découvre son quotidien et celui d’Elvo avant la célèbre révolte qui fera parvenir son nom jusqu’à nos oreilles (plus de 2000 ans plus tard, chapeau bas mec). Le quotidien d’esclaves gladiateurs, puis d’esclaves en fuite, et enfin esclaves libres à la tête de la plus grosse révolte d’esclaves du monde antique. J’ai adoré découvrir la vie des Romains, nobles et moins nobles aussi. On en voit peu, mais c’est quand même très intéressant.

Enfin, j’ai adoré suivre les célèbres batailles qui ont secoué la Gaule, opposant Jules César et Vercingétorix (entre autre). C’était très intéressant, j’ai vraiment beaucoup aimé être immergée dans cette période.

Note : 17/20

EN BREF : Un contexte historique intéressant et très bien exploité, habité des personnages attachants, forts et courageux. Des coutumes et des quotidiens biens décrits et tout à fait justes (d’un point de vue historique, on est dans le vrai), et malgré quelques longueurs ou au contraire quelques passages très expédiés, une histoire passionnante et une plume agréable! En bref, un livre que je vous conseille vraiment si cette période historique vous intéresse!GNM08R

– Je n’ai pas peur de toi.
– Et moi je n’ai aucunement à me justifier devant toi. J’ai été de toutes les batailles de cette révolte. Toi, tu n’es qu’un opportuniste venu tuer des Romains et t’enrichir. Je t’ai déjà vu agir.
Tu crois que l’on vaut moins que toi, parce que nous ne sommes pas gladiateurs?
– Bien sûr que non. Certains d’entre vous valent tout autant, voire mieux, mais ce n’est pas ton cas.


Épée contre épée, bouclier contre bouclier, les deux combattants se poussèrent de toutes leurs forces, jusqu’à ce que le Thrace repousse le Mirmillon qui, déterminé, frappa spontanément, arrachant un cri à son opposant, alors qu’une petite giclée de sang jaillit de son bras.


Dans un chariot de bois, remué par les secousses de la route pavée, Celia se tint allongée sur les coussins en riches tissus, décorés de broderies couleur or. Elle n’en perdit pas pour autant sa gestuelle sophistiquée en contemplant le paysage défilant par la petite fenêtre de la porte.

GNM08R

 

 

L’image que j’utilise en fond pour mes bannières « présentation », « avis », « extraits » et « amandine » vient de d’ici!

Un commentaire sur “Chronique n°71 : Pour toi, pour nous (Henri Nestière)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s