Chroniques Livresques·Edition Nathan·Livres lus en Juillet·One shot

Chronique n°63 : La planète des 7 dormants (Gaël Aymon)

« La foi, ce n’est pas croire aveuglément en des symboles et des légendes, mais savoir qu’en dépit et au-delà de tout cela, demeure une vérité que rien ne pourra abîmer. Ni la vanité des hommes, ni les faux prophètes, ni les prêtres impies. »


la planète des 7 dormants


la planète des 7 dormantsTitre : La planète des 7 dormants

Auteur : Gaël Aymon

Édition : Nathan

Nombre de pages : 272

Date de publication : 14 juin 2018

Prix : 16.95€

Résumé : Leur vaisseau endommagé, des explorateurs spatiaux se retrouvent coincés sur une planète inconnue. Lorsqu’ils découvrent les ruines d’une civilisation disparue, cela ravive l’espoir de la capitaine : cette nouvelle planète pourrait-elle être habitable ? L’équipage, lui, est profondément divisé. Vaut-il mieux prendre le risque de rester dans cet environnement désertique, ou bien repartir malgré l’état du vaisseau ?
La rencontre soudaine d’un peuple d’humanoïdes primitifs qui les prend pour leurs divinités, les Sept Dormants, les place devant un choix crucial : jouer les usurpateurs ou détromper les indigènes..


la planète des 7 dormants


Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Je n’avais jamais entendu parler de ce livre avant de tomber dessus à la Fnac. Je cherchais un young adult, mais pas un de ceux déjà vu 1000 fois sur instagram. J’ai été attirée par la couverture (difficile de ne pas l’être, avouez-le), mais aussi par le résumé que j’ai trouvé prometteur. Bon évidemment, depuis, je l’ai vu passer quelques fois sur la blogosphère, avec des avis au mieux mitigés.. J’étais assez intriguée par ce livre du coup.

Style d’écriture

Gros point fort du livre, j’ai adoré le style d’écriture de l’auteur. La narration, les descriptions des évènements, des sentiments des personnages, des paysages.. C’est vraiment quelque chose qui m’a convaincue dès le début. J’ai été contente de retrouver une narration à la 3ème personne, celles à la 1ère personne me gêne toujours un peu.

Histoire et personnages

L’histoire démarre lors d’un atterrissage forcé et chaotique à bord d’un vaisseau spatial. Ce vaisseau appartient à l’Empire, une des trois forces régentes. Le but de la mission était de récolter des matières premières, mais le capitaine Melae a de plus grandes ambitions parmi lesquelles : trouver une exoplanète habitable. Parlons d’abord du vaisseau. J’ai adoré son originalité. Ce n’est pas une arme sur mesure, mais plutôt une genre d’être vivant. Avec un cœur, un cerveau, des poumons y tout y tout. Un vaisseau biomécanique. J’ai adoré ce principe.

Le vaisseau s’est donc posé sur une planète aux premiers abords plutôt hostile et désolée. Des terres volcaniques brûlées par un soleil de plomb et des pics rocheux escarpés (le rêve pour des vacances dépaysantes). On comprends rapidement que la situation du vaisseau n’est que la conséquence des tensions présentent dans l’équipage. Ils se méfient tous les uns des autres, défient leur capitaine qui essaye vainement de conserver le peu d’autorité et de pouvoir qu’il lui reste. Ils vont finalement se décider à partir petit à petit à la découverte de cette nouvelle terre, et vont finir par y trouver des vestiges d’une vie humanoïde passée. On en apprendra plus sur cette planète qui m’a beaucoup surprise, j’ai adoré le choix de l’auteur à ce niveau là. J’ai trouvé que c’était vraiment une super idée. Je m’arrête là pour les détails de l’histoire, histoire de ne pas vous spoiler. En bref, gros point fort sur le contexte, l’environnement, etc.

Pour les personnages, je reste un peu plus sceptique. Le roman dure trop peu de temps pour nous permettre de vraiment nous y attacher. J’aurais aimé qu’on en apprenne plus sur eux. J’ai beaucoup aimé le personnages de Danco, j’ai trouvé Ryssell plutôt cool. Après, difficile de ce faire un avis sur les autres… Mais je remercie quand même l’auteur d’avoir mis un petit récap des persos et de leurs qualifications au début du roman, ça m’a bien aidée. Même si c’est peut être à cause de cette liste que l’auteur n’a pas présenté ses personnages, et donc, qu’il nous a un peu laisser dans le vide (vous savez, c’est comme quand un de vos potes vous traine dans une soirée où il connait tout le monde mais pas vous, il vous donne le nom et le métier de tout le monde, mais vous ne les connaissez pas pour autant).  Quoi qu’il en soit, j’ai beaucoup aimé la tournure qu’a pris le roman.

Certains sujets sont également abordés avec beaucoup d’intelligence dans ce roman, et notamment la question de l’importance du savoir, de conserver en mémoire les évènements passés, le danger de l’obscurantisme, ainsi que celui des légendes et religions. Il est également questions de conquêtes de territoires, avec notamment la question de savoir comment traiter les autochtones, etc. Des questions intelligentes et importantes et que je suis contente d’avoir retrouvé dans ce livre.

EN BREF : J’ai beaucoup aimé ce roman qui présente plusieurs points forts et notamment : le contexte, le style d’écriture, le choix de l’auteur en terme de situation spatiale, l’originalité du matériel. Il a cependant quelques points faibles dont : le manque d’actions, la présentation des personnages (inexistante), la longueur du roman (il est beaucoup trop court, de plus, on a l’impression qu’il manque des pages au début. On comprend qu’il s’est passé pas mal de chose dont une mutinerie, et plusieurs missions fiasco. C’est comme si on avait raté le premier tome), et sa fin. Bien que la fin soit plutôt chouette, je suis restée sur ma faim. Comme si un second tome allait suivre alors que.. bah pour le moment rien ne l’indique quoi. Je serais très heureuse de la fin s’il y avait une suite, mais s’il n’y en a pas.. j’aurais l’impression que l’auteur s’est juste débarrassé de son histoire, genre il faut le finir en 10 pages, comment faire… Je suis assez mitigée même si j’ai bien aimé ma lecture.

Note : 13/20


la planète des 7 dormants


La capitaine Melae observait la terre désolée où elle venait de faire échouer les derniers membres de sont équipages décimé. Du sable et des rochers. Probablement la plus inhospitalière des planètes habitables des trente galaxies! S’il était possible de qualifier d’habitable un tas de cailloux.


Le sol de plus en plus saumâtre s’était creusé de gigantesques canyons, au fond desquels plusieurs cours d’eau se jetaient dans un bassin à l’impressionnant dénivelé. A perte de vue, le paysage était recouvert d’une épaisse croûte blanche moirée de reflets jaunâtres. « Une mer asséchée? » avait suggéré Amund. Ils restaient saisis devant la fascinante beauté de ce paysage de fin du monde.

la planète des 7 dormants

3 commentaires sur “Chronique n°63 : La planète des 7 dormants (Gaël Aymon)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s