Chroniques Livresques·Collection Memoria·Edition Noir d'Absinthe·Fantastique·Livres lus en Juin

Chronique n°56 : Isulka la Mageresse – tome 1 (Dorian Lake)

– N’avez-vous pas accepté ma bague? Usuellement, c’est un signe indéniable de rapprochement quand une belle jeune femme se fait offrit un bijou de qualité par un gentilhomme.
– Un gentilhomme ? Si vous en voyez un, présentez-le-moi sans hésiter.

wonderé


isulkaSérie : Isulka La Mageresse

Titre : La Pierre d’Isis

Tome n°: 1/2

Auteur : Dorian Lake

Édition : Noir d’Absinthe

Nombre de pages : 263

Date de publication : avril 2018

Prix : 17.90€

Résumé : Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n’en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta. Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague de rubis, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu’ils découvrent la valeur du joyau. L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, de coups bas en coupe-gorges, dans une course-poursuite avec des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne…


wonderé


Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Noir d’Absinthe, ainsi que Dorian Lake pour l’envoi de ce livre. J’ai été très contente de recevoir ce livre, et je ne le regrette pas, même après avoir tourné la dernière page. J’ai été très attirée par le résumé. Une mageresse, à la fin du XIXème, accompagnée d’un Italien louche, partis pour une quête qui les mènera en Égypte? En clair, une époque qui me passionne, un pays que j’adore, un peu de magie et de péripétie? Il me fallait ce livre.

Le style d’écriture

J’ai tout de suite accroché. J’ai vraiment aimé la fluidité de l’écriture, la manière dont les évènement sont amenés, racontés. J’ai trouvé l’auteur ingénieux dans ses choix, pertinent même, et ça a été un régal de retrouver son écriture (que j’avais déjà eu l’occasion de lire dans Hex In The City).

L’histoire et les personnages

L’histoire se déroule donc à la fin des années 1880. La construction de la tour Eiffel a commencé, on se situe donc vers 1888. Vous commencez à le savoir, je suis une passionnée d’histoire. Je bondis donc sur la plupart des livres qui se déroule dans le passé. On rencontre Isulka, qui se définie elle-même comme une mageresse. Un peu maladroite, véritable panier percé en ce qui concerne son argent et piètre joueuse, elle exécute à ses heures perdues des spectacles de magie pour subvenir à ses besoins. J’ai adoré ce personnage, que j’ai trouvé très amusant, et vraiment fort. Elle est vive d’esprit, et ne se laisse pas faire, une vraie héroïne comme on les aime. Elle a une répartie très sympa, elle bouscule tout sur son passage, et vraiment, j’ai hâte de la retrouver dans la suite!

Scipione est un Italien exilé, qui cherche à Paris de quoi se refaire pour retourner en Italie vers sa bien aimée, mais aussi vers sa vengeance. Comme Isulka, c’est un personnage amusant, attachant, et de mauvaise foi. J’ai bien aimé ce côté là des deux personnages. Ce sont des voyous sans loyauté (ce qu’ils reconnaissent l’un et l’autre). Ils n’hésitent pas à se trahir et à se marcher dessus pour obtenir ce dont ils ont besoin. J’ai vraiment passé un très bon moment avec eux.

L’intrigue en elle même est vraiment sympa. J’ai beaucoup aimé tous les petits rouages qui les ont mené vers la fin du roman. Les aventures sont complètement dingues et s’enchaînent rapidement (ce que remercie la part impatiente de moi même), j’ai beaucoup aimé le rythme du livre. J’ai mi un peu de temps à le lire au début, car je n’avais pas beaucoup de temps, mais après, impossible de le lâcher et je l’ai fini en une journée.

En bref : une très bonne lecture, légère, rafraichissante et pleine de rebondissements. Des personnages amusants et attachants, et des aventures complètement folle. J’ai adoré. Je peux même dire que ça a été un coup de cœur (décidément ce mois-ci ça n’arrête pas). J’ai vraiment hâte de découvrir la suite, qui se passe dans un autre pays très cher à mon cœur. Vous devinez où? En Écosse! Vous commencez à connaître mon amour pour ce pays, et mon désir de m’y installer plus tard. J’ai l’impression que c’est le seul endroit où je respire pour de vrai. Enfin bref. Je recommande vivement ce livre, que j’aime vraiment vraiment beaucoup.

Note: 20/20

Plume de l’auteur : 5/5

Personnages : 5/5

Scénario : 5/5

Ressenti : 5/5


wonderé


Pour réponse, une flopée d’insultes s’envola, en italien, mais résolument compréhensibles malgré la barrière linguistique, avant que la porte ne s’ouvre avec fracas.


– Vous mentez mal Scipione.
– Voilà la première fois que l’on me dit cela. Je suis d’habitude excellent.


La ville bourdonnait tout autour d’elle, de sa descente du paquebot jusqu’à la traversée des bazars. L’air embaumait les épices et l’exotisme, les rues étaient bordées par des maisons ou des villas à la blancheur éclatantes qui reflétaient le soleil accablant. Les habitants étaient Égyptiens, Arabes, Ottomans, mais aussi Anglais, Français, Indiens ou Américains, et les cultures se mêlaient dans une danse incontrôlée et fluide à la fois.

wonderé

5 commentaires sur “Chronique n°56 : Isulka la Mageresse – tome 1 (Dorian Lake)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s