Attentats·Auteur.e.s Français.e.s·Chroniques Livresques·Collection R·Coups de Coeur·Drame·Livres lus en Juin·Lus en 2018

Chronique n°54 : A la Place du coeur – tome 1 (Arnaud Cathrine)

« On est sans cesse contraints de se demander si c’est un cauchemar, si on a bien entendu, bien vu; tout ça pour en arriver chaque fois au même constat : impossible de prendre la mesure des choses. »


a la place


a la placeTitre : A la Place du Coeur

Auteur : Arnaud Cathrine

Tome n° : 1/3

Édition : Robert Laffont (Collection R)

Nombre de pages : 244

Date de publication : 1er septembre 2016

Prix : 16€

Résumé : Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un » plus si affinités « …
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la » première fois « . Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes…


a la place


Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Pour une raison personnelle que j’ai déjà évoquée, les attentats me touchent plus que la plupart des gens. Chaque nouvel attentat me glace d’effroi et fait ressortir des souvenirs et des sentiments que j’aimerais pourvoir oublier. Pour une raison peut être stupide, j’ai été attirée par ce livre, car c’est un des seuls à ma connaissance qui traite du sujet. Je trouve important d’en parler, même si cela fait remonter beaucoup de choses. Ce livre montre une certaine solidarité nationale, et notamment comment, des personnes qui n’ont «  »aucun rapport«  » avec les attentats (ni victimes, ni familles de victimes), ressentent les choses et sont touchées par le sort de leurs pairs. Ce livre a également pour but de lutter contre les amalgames et dieu merci, car c’est vraiment une cause très très importante à l’heure d’aujourd’hui. Ce livre était donc une évidence.

Le style d’écriture

Le style de l’auteur est fluide, agréable à lire et intense. Le vocabulaire utilisé est assez cru, ce qui peut surprendre. Mais quand on y réfléchit, pour un livre qui traite d’ados de 17 ans, je trouve ça plutôt normal. Je ne sais pas comment vous parliez à cet âge, mais personnellement, c’était tout à fait ça, avec des « putain » et des « bordel » à la pelle. J’ai trouvé ça assez réaliste, et j’ai aimé ce côté là. Je sais que dans les avis négatifs que j’ai pu lire, c’est un point qui revenait souvent, mais personnellement, ça ne m’a pas dérangée.

L’histoire et les personnages

On rencontre donc Caumes, un jeune lycéen de tout juste 17 ans. Il vit son premier amour, comme beaucoup à cet âge. Nous le suivrons pendant une semaine, mais pas n’importe laquelle. C’est en effet celle qui a lancé le début des vagues d’attentats en France, la semaine de Charlie Hebdo (quand je vous disais que j’étais particulièrement sensible aux attentats, je retiens les larmes à l’heure où j’écris ces mots). On le suit juste avant que le drame arrive, et ça nous ramène vraiment 3 ans en arrière, quand on ne se doutait encore de rien. C’est assez bouleversant de faire un comparatif maintenant que plusieurs attentats ont eu lieu depuis, avec encore plus d’ampleur. Tout paraissait si paisible. Le calme avant la tempête. Et puis, le jour fatidique arrive, et on est de nouveau pris par l’action, comme à l’époque. Les personnages sont scotchés devant les infos, à leur portable pour avoir toujours plus d’informations. Combien de morts? Ont-ils été arrêtés? Agissaient-ils seuls? Sommes nous en sécurité? J’ai de la famille à Paris, comment vont-ils? Et autant de questions que nous nous sommes posés lors de cet attentats, mais également lors des autres. Ça peut paraître tordu de vouloir se replonger dans cette terrible journée, mais c’est tellement important d’en parler. De parler des séquelles de cette évènement sur Paris, sur la France et les Français, mais également sur le monde entier.

Le livre évoque également la vague de solidarité mondiale qui a déferlé suite à cet évènement (ça y est, les larmes coulent). Il évoque la peur, et il évoque les conséquences désastreuses sur la communauté musulmane. Les amalgames, les accusations, les agressions… Et c’est également un sujet important. Car, si je peux comprendre que certains cherchent des coupables (quand les terroristes se suicident après avoir fait des dizaines de morts, qui accuse-t-on? Sur qui remettre la faute? Contre qui être en colère?), il est évidemment inacceptable de lynchés les non coupables. C’est une question très importante aujourd’hui. Et je remercie l’auteur de l’avoir soulevée.

La fin du livre est surprenante, je ne m’y attendais franchement pas. Et pourtant, ça paraissait naturel. Ça devait arriver. Je pense lire la suite pour découvrir ce qu’il peut bien se passer, car j’ai comme l’impression que ce bouleversement inattendu de la situation aura des répercussions très importantes sur les tomes à venir.

EN BREF : Étrangement, lire ce livre m’a fait du bien. De découvrir les sentiments des personnes « non concernées directement » (donc non victimes) par les attentats. Ça fait du bien. De voir ce soutien, cette solidarité, car parfois, c’est tout ce qu’il nous reste. Je n’aime pas trop dire que ce livre est un coup de cœur, car il traite d’un évènement tragique, qui a épouvanté et terrifié la France à l’époque. Mais c’est comme ça que je le considère. Il est fort, pleins de belles choses au final. Il donne de l’espoir et montre comment des ados se remettent du choc émotionnel, la manière dont ils choisissent de faire de leur vie une chance, et non une fatalité. Oui, on meurt tous un jour, c’est pour cela qu’il faut se battre chaque jour pour qu’il soit meilleur que le précédent. Je lirais la suite, c’est sûr.

Note : /20

Style de l’auteur : 5/5

Scénario : 5/5

Personnages : 5/5

Ressenti : 4.5/5


a la place


Je suis en vie.

Nous sommes en vie.

Pas le choix.

Alors, à partir de maintenant, il va falloir que la mort serve à quelque chose.


[…] il est un peu plus de dix-huit heures et il fait déjà nuit noire. C’est parfaitement à l’image de cette semaine improbable : nuit noire.


J’ai décidé de ne plus penser ni à Esther, ni aux attentats, ni à Ballard, ni à rien du tout, juste : m’absenter de la surface de la terre.


Comment garder le goût d’un baiser ?

Qui sait ça ?

Personne.


« Tu ne peux pas faire ça. C’est trop tôt. Bien trop tôt. Toi-même, tu me l’as souvent dit : « On n’a pas fait assez de conneries. »

a la place

3 commentaires sur “Chronique n°54 : A la Place du coeur – tome 1 (Arnaud Cathrine)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s