Chroniques Livresques·Edition Atramenta·Livres lus en Avril·Lus en 2018·Services Presses·SP

Chronique n°48 : Bienvenue dans la monde réel (Fréderic Marcou)

Fred : Bonjour madame la fée.
La fée : Bonjour.
Fred (sceptique) : Euh, vous avez vos diplômes de fée?


bienvenu dans l


bienvenu dans lTitre : Bienvenu dans le monde réel

Auteur : Frédéric Marcou

Édition : Atramenta

Nombre de pages : 90

Date de publication : 28 juillet 2009

Prix : 1.49€

Résumé : Voici le deuxième recueil de Frédéric Marcou, où sont rassemblés des œuvres d’imagination ainsi que des textes plus autobiographiques, des réflexions sur la vie et des poésies, afin de faire découvrir au lecteur les différentes facette d’un auteur original et inclassable/ Tour à tout noirs, tendres et poétiques, les textes de Frédéric Marcou ne laissent pas indifférrents.


bienvenu dans l


Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Tout d’abord, je tiens à remercier Frédéric Marcou pour cet envoi (et pour sa patience!). Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre au début, je dois l’avouer. Je m’attendais à un recueil de nouvelles des plus classique. Grosse erreur! Ce livre a bien des formes, mais les nouvelles qu’il renferme sont loin d’être classiques! Je ne peux pas dire que j’ai beaucoup aimé, car ce n’est pas l’appréciation que convient. Disons plutôt qu’il m’a bouleversée, et m’a fait réfléchir sur beaucoup de choses.

Le Style d’écriture

Pas d’entourloupes et d’enjolivures, Frédéric Marcou nous livre ses nouvelles telles qu’elles sont sorties de sa tête. Elles sont posées, là, avec toutes les questions qu’elles soulèvent. Le lecteur n’a plus qu’à s’en saisir, et à prendre une grande inspiration. Chacune d’entre elles est une surprise, car on ne sait pas sur quoi on va tomber. Sur quelle vérité tranchante on se frottera. On retrouve dans ce recueil quelques poésies, aussi délicates et vraies qu’ont pu l’être celle de son recueil de poésies (chronique ici).

La trame

Le recueil se compose de deux parties. Une première avec des inventions, une seconde avec des nouvelles. Les inventions sont un moyen d’aborder des sujets sensibles, polémiques avec légèreté. Et la légèreté, c’est ce qui change tout. Je déteste aborder des sujets polémiques car ils sont souvent pris dans des débats enragés, et je n’aime pas ce genre de confrontations (qui ne mènent en général à rien). La légèreté est donc ce qui a fait la différence. Un nouveau concept (pas si nouveau puisque le livre à presque 9 ans), que j’ai apprécié.

La seconde partie m’a bouleversée. Ce ne sont pas des nouvelles classiques, ce sont des témoignages. Les témoignages d’une vie houleuse et semée d’embûche. Ces témoignages nous emmènent vers des lieux souvent ignorés, consciemment ou pas, par la plupart des gens. On parle de violences morales, de maladies psychiatriques, d’âme et de reconstruction. Ces nouvelles font prendre du recul, et font réfléchir sur l’image de ces sujets d’importance dans les débats publics et dans la vie. On parle du ressenti des malades en hôpital psychiatrique, des conséquences des violences morales sur l’être. On y constate les répercussions sur le futur de la personne, sur sa personnalité effacée, et toutes les petites choses encore qui différencient les personnes souffrant et ayant souffert de violences des autres.

On peut même distinguer une troisième partie avec quelques poèmes, sur le temps notamment, qui font également réfléchir.

EN BREF : C’est un livre qui nécessite d’être prêt. A entendre, à écouter, à comprendre. Cette lecture m’a beaucoup fait réfléchir, j’ai pu comparé les sentiments du protagoniste avec les sentiments lus dans d’autres témoignages, ou ceux que j’ai pu parfois ressentir dans certaines situations. Un recueil de nouvelles original, sans prétention et avec une  touche (ou plutôt une louche) de vérité qui fait réfléchir.

Note : 8/10

Ressenti : 3/5

Plume de l’auteur : 5/5


bienvenu dans l


(Extrait de la première partie : les inventions)
La boîte à moi
boite à moiPour maintenir la domination sur les autres hommes, les prédateurs enlèvent par harcèlement l’identité de chacun, bref tu sais plus qui tu es. Le professeur Fred a inventé : La boîte à moi. Le système consiste à faire apparaître un Frédéric Beigbeder devant chaque prédateur. Le Frédéric Beigbeder répétera : « moi je m’aime moi, je m’aime moi, moi je m’aime… ». Le professeur Fred travaille aussi sur un prototype à base de Bernard Lancourt, mais il pense que cette deuxième boîte à moi sera plus limitée, car moins populaire. La boîte à moi fonctionnera ainsi, le prédateur s’avançant dangereusement vers sa victime pour lui hurler dessus voire la frapper, la victime prévoyante aura eu l’ingéniosité de prendre sur elle sa boîte à moi ; elle la laissera tomber devant le prédateur qui sera surpris de voir apparaître devant lui un Frédéric Beigbeder en chair et en os, qui lui répétera inlassablement : « moi, je m’aime, je m’aime moi, moi je m’aime… » Le prédateur s’en prendra furieusement à la boîte à moi et laissera échapper sa proie, qui aura eu le loisir de prendre la tangente. Le professeur Fred est diplômé de la faculté des histoires et créations en tout genre, diplôme inventivité et création, mention assez bien.
bienvenu dans l

Un commentaire sur “Chronique n°48 : Bienvenue dans la monde réel (Fréderic Marcou)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s