Chroniques Livresques·Edition Noir d'Absinthe·Livres lus en Avril·Services Presses·urban fantasy

Chronique n°47 : Hex in the city – tome 1 (Dorian Lake)

« – Bon, peut-être pas celui-là, mais il va te falloir un mec, couz. Je conçois qu’aucun ne reste longtemps une fois qu’il te connaît, mais tu as les atouts pour entamer au moins un début de relation. »


san f


hitcSaga : Hex in the city

Titre : L’éventreur de San Francisco

Tome n° : 1/?

Auteur : Dorian Lake

Édition : Noir d’Absinthe

Nombre de pages : 147

Date de publication : mars 2018

Prix : 11.90€

Résumé :

Un tueur en série sévit à San Francisco. Rien ne l’inquiète : ni la loi, ni les remords. Malheureusement pour lui, Taylor, une sorcière au passé trouble et au caractère de feu, décide de s’en mêler…

À la croisée des genres entre fantasy urbaine, avec ses vampires, monstres et sorcières, et le polar, découvrez un récit sans temps mort, dans la lignée des meilleures séries télévisées américaines.


san f


Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Je remercie infiniment les éditions Noir d’Absinthe pour l’envoi de ce roman que j’ai beaucoup apprécié! Ils ont eu raison, ce style de livre me convient totalement. Je retombe un peu dans ma période fantaisie, la nostalgie des bonnes histoires de vampires, sorcières et toute la clique. Alors être plongée dans cet univers (qui est le notre), mais agrémenté de créatures de l’ombre, est un réel plaisir. J’ai hâte de lire la suite.

Le style d’écriture

Addictif. Il se lit très vite, et c’est très agréable. Les pages sont aérées, les 150 pages passent toutes seules. Un vrai plaisir à lire, et pour moi qui retrouve doucement un rythme de lecture plus soutenu, c’était vraiment le roman idéal.

L’histoire et les personnages

L’histoire se déroule de nos jours, dans la ville Nord Américaine de San Francisco. On rencontre tout au long des chapitres trois personnages dont nous auront les points de vues. Tout d’abord, Taylor, une jeune barmaid fraichement débarquée de New York. Elle travaille dans le bar ‘Witch Hour’, qui est un bar à thème sur les sorcières (étonnant n’est ce pas?). Elle vit chez sa cousine Andrea, membre des forces de l’ordre de San Francisco. Son oncle, Jake, le père d’Andrea est un ex-policier déchu et alcoolique, qui essaye de tout faire pour se montrer discret et ne pas embêter ni Taylor, ni Andrea. Il loue maintenant ses services en tant que détective privée auprès d’un mystérieux acheteur. On rencontre en parallèle Lionel, un vampire. Il apprend à sa jeune recrue, Kathy, l’art de se nourrir sans laisser de traces.

Le lien entre les personnages s’établit doucement, et l’histoire prend place tout naturellement. On apprend qu’un nouveau tueur sévit à San Francisco, avec des méthodes qui le rapprocherait d’un tueur Anglais célèbre : Jack l’Éventreur. La police de la ville fait tout pour garder l’affaire secrète et éviter un vent de panique. C’est sans compter sur Taylor, qui grâce à une amie, publie un article sur son blog, comportant toutes les informations difficilement contenues par la police.

L’affaire avance en parallèle aux vies de nos trois personnages, qui se dévoilent petit à petit aux lecteurs. Et si on en sait beaucoup plus sur eux  la fin du roman, l’auteur nous laisse l’eau à la bouche quant au passé de chacun et à la suite des événements.

EN BREF : Un très bon roman d’Urban Fantaisie que je recommande vivement. Léger et agréable à lire, il nous emporte dans les ruelles sombres d’une San Francisco qui attire autant les créatures de l’ombre, que les tueurs fous. J’ai hâte de connaître la suite de l’histoire!

Note : 18/20

Plume de l’auteur : 5/5

Personnages : 4/5

Scénario : 5/5

Ressenti : 4/5


san f


— Pourquoi tu travailles encore avec ce type ? demande-t-elle avec violence.

— Ne le prends pas personnellement.

— Pas personnellement ? Après ce qui s’est passé ? Il a ruiné ma réputation, Lionel. À cause de lui, on me regarde comme une bête de cirque, où que je passe.

— Parle moins fort, on va attirer l’attention.

— C’est facile pour toi. Tout n’est que jeu. Se nourrir est un jeu. Gagner du fric est un jeu. Et moi ? Je suis un jeu aussi ?

— Tu veux vraiment en discuter là, maintenant, alors que notre dîner s’en va gentiment ?


— Mais arrête donc de faire ta flic !

— Tu rougis ! Et ne me dis pas que c’est le sport ! J’ai tout bon ! J’en étais sûre… Mais alors qui ?

— Andrea…

— Julian ? Non, il est toujours avec sa copine. Pas Angelo, j’espère. J’ai une histoire avec ce type et, franchement, je le prendrais mal si tu sortais avec lui.

— Ce n’est pas Angelo.

— Okay. Très bien. Tito alors ? Il est plutôt beau gosse.

san f

2 commentaires sur “Chronique n°47 : Hex in the city – tome 1 (Dorian Lake)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s