Chroniques Livresques·Coups de Coeur·Edition PKJ·Livres lus en Mars·Lus en 2018·One shot·Réécriture de conte

Chronique n°44 : Heartless (Marissa Meyer)

– Heureux, je bats comme un tambour. Triste, je me brise comme du verre. Une fois dérobé, on ne peut plus jamais me reprendre. Qui suis-je?
Elle réfléchit longuement avant de suggérer :
– Un cœur?
Hatta la dévisagea avec affection.
– Exactement, lady Pinkerton.
– Elle est excellente, le complimenta-t-elle,mais je me demande s’il ne serait pas plus exact de dire : « une fois donné, on ne peut plus jamais le reprendre »?
– Cela impliquerait que nous donnons toujours notre cœur de notre plein gré, et je ne suis pas sûr que ce soit le cas.


heart


hTitre : Heartless

Auteure : Marissa Meyer

Edition : Pocket Jeunesse (PKJ)

Nombre de pages : 599

Date de publication : 5 octobre 2017

Prix : 18.50€

Résumé : La Reine de Coeur n’a pas toujours été là terrible souveraine d’Alice au pays des merveilles. Avant d’être couronnée,elle s’appelait Catherine et rêvait de devenir la plus grande pâtissière du royaume. Mais le sort a décidé de lui jouer un mauvais tour : le Roi de Coeur veut absolument l’épouser et les parents de Catherine, très ambitieux, place de gros espoirs en cette union. Catherine,elle, veut vivre librement et aimer celui qui fait battre son cœur : Badin, le bouffon du roi.
Malheureusement au pays des merveilles, où s’entrechoquent magie,folie et monstre, les conté n’ont pas toujours une fin heureuse ….


heart


cath❣🌹 Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Parce que c’est un Marissa Meyer. Que la couverture est sublime. Et que c’est une réécriture de conte. Pour tout ça. Dans cet ordre je crois. Vous le savez peut être, mais j’adore Marissa Meyer. Depuis sa saga Les Chroniques Lunaires, qui avait été un énorme coup de cœur (de type intersidéral), c’est une auteure que j’adule. Je DEVAIS lire son nouveau livre. Surtout que l’univers était prometteur. J’ai mis un moment à l’acheter, et un moment à le lire. Mais une fois commencé, impossible de le lâcher. Il m’a tenu deux longues semaines, car j’avais énormément de boulot, mais je vous avoue que le refermer était à chaque fois un e torture. De plus, c’était un live qui correspondait à mon humeur je pense. J’avais envie de lire un PKJ pour me remonter le moral. Pourquoi un PKJ? Parce que cette ME ne m’a jamais déçue. JAMAIS. Vous faites l’addition (PKJ+Marissa Meyer+ réécriture de compte), et vous comprenez que ce livre était le livre gagnant du mois.

badin❣🌹 Le style d’écriture

Léger. Fluide. Vous glissez sur les mots sans vous en rendre compte, vers des destination que vous n’attendiez pas, mais que vous aimez. Vous faites confiance à l’auteure car vous savez qu’elle vous mènera forcément vers quelque chose de complètement dingue. Les mots sont choisis avec précision, les émotions du personnage sont très bien décrites, les dialogues toujours pertinents (voir à se tordre de rire pour certains). J’étais très heureuse de retrouver son style, qui m’avait pas mal manqué depuis les Chroniques Lunaires.

❣🌹 L’histoire et les personnages

L’histoire se déroule dans le Royaume de Cœur, sur lequel règne un Roi joyeux (et simplet). Ce royaume est habitée par toutes sortes de créatures, les règles y sont différentes. La moitié des plats cuisinés ont des facultés « magiques » (comme changer l’apparence, le caractère,..).  Catherine fait partie de l’aristocratie, ses parents sont le Marquis et la Marquise des Six-minies Tortues (un Marquis est le second rang le plus élevé que peut obtenir un individu de sang non royal). Ses parents œuvrent pour lui trouver un mari, et son avenir est tout tracé. Seulement, Cath ne l’entend pas de cette manière. Depuis son enfance, elle aime une chose : la pâtisserie. Plus que tout le reste. Elle rêve d’ouvrir sa propre pâtisserie, la meilleure du Royaume de Coeur. Les projets de ses parents son donc complètement en contradictions avec ses propres aspirations. Cath a deux compagnons : une servante, Mary Ann, sa meilleure amie, et Cheshire, un chat loufoque, colporteur de ragots et qui, en prime, a la capacité de disparaître. Elle a une fâcheuse manie : elle fait pousser des arbres dans sa chambre pendant son sommeil, pendant ses cauchemars surtout (comme un citronnier par exemple).

Un soir, Cath, ses parents et le reste de l’aristocratie sont invités au Palais pour un bal. Sa mère l’affuble d’une robe rouge effroyablement volumineuse et étroite (au niveau de la taille), en omettant de lui dire que le bal est un bal à thème : noir et blanc. Cath détonne dès son arrivée. Le bal permet au roi de présenter à la Cour son nouveau bouffon, le Joker. bdinIl impressionne tout le gratin suite à plusieurs numéros fantastiques. Tout au long de la soirée, Catherine va assimiler les indices et finir par comprendre le but de sa robe : attirer l’attention du roi, qui a bien l’intention de la demander en mariage. Prise de panique (et de vertige) à cause de la déclaration imminente (et du corset ultra serré qu’elle porte), Catherine fuit dans les jardins où elle s’effondre. Elle sera réveillée par le Joker et son compagnon : le Corbeau. Catherine en est sûre, elle l’a déjà vu. En rêve. La nuit dernière.

Suite à cette rencontre, toutes sortes de péripéties vont arriver, et ce qu’on peut dire, c’est que Marissa Meyer nous réserve bien des surprises. J’ai adoré sa façon de remanier le conte, et surtout, d’y inclure subtilement tout un tas de références à ce même conte.

Les personnages sont très attachants. Développés juste ce qu’il faut, en laissant quelques parts d’ombres et de mystères sans frustrer trop le lecteur (c’est très important), elle leur donne à tous une utilité.

EN BREF : Marissa Meyer s’approprie avec talent une partie du monde de Caroll, elle en fait quelque chose d’un peu plus censé, mais d’addictif. Elle nous livre un lot de personnages tous plus attachants les uns que les autres (c’est une de ses plus grandes forces je pense). J’ai mis quelques jours à décider si c’était un coup de cœur ou non. Mais s’en est un. Pourquoi j’ai hésité? Parce que j’avais oublié que cette histoire est celle de la Reine de Cœur. Ne faites pas la même erreur, ne perdez pas de vue QUI sont les personnages. Spoiler à venir, sélectionnez les lignes blanches à suivre si vous avez lu le livre : Je suis une #TeamHappyEnding. Et donc, en oubliant QUI étaient les personnages, j’ai oublié que cette histoire se finirait FORCEMENT mal. Le réveil a été dur, et quand j’ai compris qu’il n’y aurait pas de miracle pour Badin, j’étais très triste. Pourtant, Marissa Meyer le dit clairement : c’est l’histoire de la Reine de Cœur, et de ce qui a fait ce qu’elle est. Il n’y avait donc rien d’étonnant à ce que ça se finisse comme ça. Pourtant, la fin est quand même sublime.

Le livre est quand même magistral, et je suis très contente de l’avoir lu. Marissa Meyer est vraiment une magicienne, qui nous livre son tour sans se soucier de notre pauvre coeur. Ce livre est une merveille, il faut le lire. Si vous avez aimé les Chroniques Lunaires, vous aimerez ce livre.

❣🌹 Note : 20/20

Personnages : 5/5

Scénario : 5/5

Plume de l’auteure : 5/5

Ressenti : 5/5


heart


– Oui, et maintenant tu vas te mettre en retard. A moins que tu n’aies l’intention d’y aller déguisée en tarte au citron, tu ferais mieux de te dépêcher.
– En retard?
Catherine jeta un coup d’oeil vers la pendule à coucou. On était en début d’après-midi, elle avait donc tout le temps de…
Son pouls s’accéléra quand elle entendit un ronflement discret à l’intérieur de la pendule.
– Oh! Coucou, tu t’es encore endormi?
L’oiseau se réveilla en sursaut.
– Par le ciel! pépia-t-il en se frottant les yeux du bout de ses ailes. Quelle heure est-il?


Elle pivota est découvrit un plateau en argent qui flottait légèrement au dessus de la table, chargé de tartelettes dorées soigneusement gaufrées sur la tranche.
– Ah! te revoilà, Cheshire, dit Catherine, soulagée à l’idée de faire au moins une rencontre dans la soire qui ne la laisserait pas épuisée et mortifiée. (Quoique, avec Cheshire, on ne ne pût jamais être sûr de rien). As-tu le droit d’être ici?
– J’en doute fort.
Le chat apparut avec le plateau sur le ventre, sa queue rayée confortablement enroulée derrière lui. Sa tête apparut en dernier : les oreilles, les moustaches, le museau, et enfin son immense sourire étincelant.


– Il se trouve, monsieur Badin, qu’il m’arrive de croire à une bonne demi-douzaine de choses impossibles avant même le petit déjeuner.


– Y a-t-il une raison particulière à ta visite Cheshire?
– Eh bien, oui, j’aimerais beaucoup une tasse de thé. Je le prends avec beaucoup de lait et sans thé. Merci.


– Qu’on lui coupe la tête.

heart

 

Un commentaire sur “Chronique n°44 : Heartless (Marissa Meyer)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s