Chroniques Livresques·Coups de Coeur·Edition Reines de CoeuЯ·LGBT·Livres lus en Décembre·One shot·Romance

Chronique livresque n°36 : Aimer n’est pas jouer (Fanny Mertz)

Aimer est une musique.

Un avis à lire absolument en musique :

 

 


🎼❣ Présentation ❣🎼


Aimer n'est pas jouer (Fanny Mertz)

Titre : Aimer n’est pas jouer

Auteur : Fanny Mertz

Édition : Reines de CoeuЯ

Nombre de page : 298

Date de publication : 27 juin 2017

Prix : 9.70€

Résumé :

Camille, une jeune infirmière, se tient sur le rebord de son balcon, prête à sauter. Elle est rattrapée in extremis par sa voisine, Aimée. Cette vieille femme étrange possède en effet un double de sa clé et l’épie quotidiennement à travers le plancher.

À force de discussions, Camille et Aimée se livrent sur leurs vies. Des vies qui se ressemblent : deux pianistes au destin contrarié, ayant aimé la mauvaise personne. Camille est tombée sous le charme de sa meilleure amie au Conservatoire et Aimée a succombé à sa passion pour un officier allemand durant l’Occupation.

En partageant ses erreurs avec Camille, Aimée va guider celle-ci sur le chemin de l’acceptation et du pardon…


🎼❣ Avis ❣🎼


Tout d’abord, je remercie infiniment Isabelle des éditions Reines de Cœur pour l’envoie de ce roman. Cette lecture a été un délice en tout point et jamais encore mon âme de lectrice n’avait été touchée à ce point par un ouvrage.

❣🎼 Pourquoi avoir lu/acheté ce livre?

Comme indiqué plus haut, je l’ai reçu de la part d’Isabelle aux éditions Reines de Cœur. J’avais déjà lu Blood Moon chez cette édition, que j’avais adoré (chronique ici). Le résumé m’a beaucoup plu, c’est donc avec plaisir que j’ai accepté de lire ce livre. Et j’en suis infiniment contente. Ce livre est officiellement mon plus gros coup de cœur de l’année 2017, surpassant tout, submergeant toutes les émotions que j’ai pu ressentir au cours de mes précédentes lectures.

🎼❣ Style d’écriture

J’ai ADORÉ la plume de Fanny Mertz. Elle est agréable, fluide, drôle, pleine d’humour et de cynisme (de bon cynisme, le genre qui vous fait rire alors qu’il ne devrait pas). Il est léger, prenant, il est incroyable. L’auteure décrit les choses avec une exactitude qui laisse parfois béat.

❣🎼 Histoire et personnages

On rencontre donc Aimée, une vieille dame vivant seule dans un appartement à Paris. Au dessus d’elle, vit depuis deux ans une jeune infirmière, Camille, pianiste à ses heures perdues. A chacune de ces heures, Aimée s’installe dans son fauteuil et l’écoute. Seulement n jour, Camille s’interrompt pendant qu’elle interprète un morceau de Chopin, chose qu’elle n’a jamais fait un deux ans. Quelque chose cloche. Inquiète, la vieille dame prend une clé, et rentre chez Camille. Elle l’aperçoit, sur la balustrade, prête à sauter. Aimée l’interrompt et elles finissent par discuter. Au fil des discussions, les deux femmes apprennent à se connaître.

Aimée est une vieille dame hantée par son histoire avec un officier Allemand de la Wehrmacht. Seulement, cette histoire s’est déroulée en plein cœur de la Seconde Guerre Mondiale. La relation interdite entre les deux amoureux a laissé des marques indélébiles sur le corps et l’âme d’Aimée. Car à l’époque, surtout après guerre, la population été très dure avec les hommes ou femmes ayant eu des relations avec les Allemands.. De son coté, Camille ne vit qu’à moitié depuis le départ de son âme sœur 5 ans plus tôt. De page en page, on apprend à connaître les deux femmes, on s’attache à elle et on découvre leurs histoires respectives, différentes mais en même temps similaires. Deux amours interdits, chacun à leur manière, à des époques différentes, mais jugés par les mêmes foules.

C’est une histoire magnifique, extrêmement touchante, avec des personnages qui ne peuvent pas vous laisser de marbre. Je ne verse jamais la moindre larme pour un livre, mais c’est un des rares qui a réussi à m’en tirer une (plusieurs même). J’ai été subjuguée par le geste de deux personnages pour Aimée à la fin du roman.  A des personnages touchants et des histoires magnifiques et d’actualité, à des rebondissements inattendus, s’ajoute des descriptions musicales plus vraies que nature. L’auteure nous parle des morceaux de Chopin, Mozart ou même Bach avec une exactitude hors norme, elle nous parle du piano comme d’une œuvre d’art vivante.

Je ne peux pas vraiment dire qui sont mes personnages, puisque je les ai tous apprécié, que ce soit Camille, Aimée, George, Simon, Val, Maud,… Quoi que… j’ai peut être une légère préférence pour Aimée!

EN BREF : Ce livre est exceptionnel. Je ne m’attendais pas du tout à ça, à un tel choc, un tel bouleversement. Il est magnifique, les personnages sont attachants, les rebondissements géniaux, et la morale de l’histoire tellement vraie que c’est à en pleurer. Ce roman est une leçon, une ode à l’amour, à la libération des corps et des esprits. Je le conseille à tous, avec le plus grand enthousiasme. Ce livre est une perle, et il remporte de loin le titre de plus gros coup de cœur de l’année 2017. Je l’ai en version e-book, mais je crois que je vais me le procurer en papier également! Encore merci Isabelle pour cette magnifique découverte.

🎼❣ Note : 20/20

Plume de l’auteure : 5/5

Scénario : 5/5

Personnages : 5/5

Ressenti : 5/5


🎼❣ Extraits ❣🎼


Délicatement, Aimée tourne la cuillère dans sa tasse, faisant mine d’y dissoudre un sucre imaginaire. Devant le sourcil perplexe de son hôte, elle se justifie :
– Le diabète!
– Pardon?
– Mon médecin m’interdit le sucre, alors pour oublier, je touille.


Un grand monsieur très maigre s’affaire à inventorier le vide de ses placards, poussant des soupirs d’impuissance à chaque non-découverte.


– Je n’ai jamais ressenti une telle intensité érotique, confie la vieille jeune dame.
– Avec aucun autre homme?
– Peut être aurais-je dû essayer les femmes, pourquoi pas, je mourrai sans savoir!

Mes préférées :

Aimer est une musique.


Aimée prétend que tout n’est que vibration, les plantes, les animaux, aussi bien que les cailloux ou les hommes, tout émet une oscillation caractéristique. Voilà pourquoi, assure-t-elle, nous sommes touchés à ce point par la musique ! C’est pour cela que les notes savent bercer les nouveaux nés, enflammer les amoureux et faire vibrer les patriotes… parce que nous sommes nous-mêmes la cristallisation d’une vibration. Lorsque ces oscillations se rencontrent, elles forment un accord. Celui-ci peut être harmonieux ou dissonant et cela conditionne nos goûts instinctifs, ainsi on aime le rouge et non le bleu, les pommes et pas les poires. À en croire la vieille dame, il en va de même de la rencontre entre deux êtres, qu’elle soit amoureuse ou amicale, si les vibrations s’accordent, cela sonne juste.

amandine

3 commentaires sur “Chronique livresque n°36 : Aimer n’est pas jouer (Fanny Mertz)

  1. Ping: Bilan 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s