Chroniques Livresques·Edition Le Livre de Poche·Livres lus en Septembre·One shot

Chronique n°27 : La Fille du Train (Paul Hawkins)

« Nous sommes tous des voyeurs. Les gens qui prennent le train tous les jours pour se rendre au travail sont les mêmes partout dans le monde : chaque matin et chaque soir, nous sommes installés sur notre siège, à lire le journal ou écouter de la musique ; nous observons d’un œil absent les mêmes rues, les mêmes maisons et, de temps à autre, nous apercevons un éclair de la vie d’un inconnu. Alors on se tord le cou pour mieux voir. »


 🍷🚂 Présentation 🚂🍷


La Fille du Train

Titre : La Fille du Train

Auteure : Paula Hawkins

Édition : Pocket

Nombre de pages : 453

Date de publication : 7 mai 2015

Prix : 7.80€

Résumé : Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : Le 8 h 04 le matin, le 17 h 56 le soir. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari a pu l’être par le passé, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d’en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d’un visage désormais familier à la Une des journaux : Jess a mystérieusement disparu…

Temps pour lire le roman : 5 jours


🍷🚂 Avis 🚂🍷


🚂🍷 Pourquoi as tu lu/acheté ce livre?

J’ai acheté ce livre en occasion, car Adeline (@instadeline_book) le vendait sur son compte, et qu’il était dans ma wishlist. Je pense qu’il serait resté encore un moment dans la PAL si Co’ (@lespagespassionees, son blog) ne m’avait pas proposé de faire ne lecture commune avec elle et Madi (@l_accro_des_livres). Ce qui était super, parce que je pense que je n’aurais pas autant apprécier le livre sans elles. Je suis nulle pour faire plusieurs théories, je n’en ai qu’une en général, ou alors, comme je n’arrive pas à savoir, je n’y réfléchi pas (la fille qui évite les problèmes). Du coup, ça nous a permis d’en parler toutes les trois, d’exposer nos théories, de parler de notre frustration quand les personnages méritaient des claques, etc.

🚂🍷 Le style d’écriture

J’ai beaucoup aimé le style d’écriture. Je ne m’attendais pas à ça. Le livre est écrit à la première personne, un peu comme un journal. Pas avec « cher journal » au début, mais avec de cours chapitre racontant la journée du personnage. Les dates sont indiquées en haut de chaque « chapitre », avec le nom du personnage suivi. J’ai beaucoup aimé la plume de Paula Hawkins, sa façon de nous faire ressentir les émotions des personnages. Je pense d’ailleurs lire son second livre, Au fond de l’eau (paru en juin de cette année, plus d’info ici).

🚂🍷L’histoire et les personnages

L’histoire débute donc le 5 juillet 2013, dans le train de 8h04. On rencontre Rachel, qui imagine ce qui se passe de l’autre côté de la vitre du train. Rachel est alcoolique depuis plusieurs années maintenant. Elle le sait, essaie parfois de s’en sortir, mais replonge toujours vers les profondeurs de son mal être. Alors elle n’essaie plus. Elle se sent mal, s’excuse auprès de sa coloc à chaque fois, et recommence. Bien que triste, Rachel est un personnage intéressant, à l’imagination débordante. J’ai trouvé ce personnage attachant, mais aussi plutôt agaçant par moment (même si c’est compréhensible).

Rachel suit depuis la fenêtre du train tous les jours, la vie de Jess et Jason, deux habitants de son ancienne rue. Son train s’arrête devant leur maison chaque matin et chaque soir. Elle les voit parfois, sur la terrasse en train de rire, de s’embrasser, de manger, ou seul en train de rêver, de se reposer.. Elle imagine leur vie. Jess? Elle est peintre, elle est belle, plein de vie, amusante. Jason? Ce doit être un bon mari. Drôle, attentionné, tendre à ses heures perdues, fort et réconfortant. Mais un jour, Jess disparait. Sa photo apparait partout dans les journaux. Malheureusement, l’affaire sera vite oubliée, au plus grand désespoir de Rachel qui cherche à découvrir ce qui a bien pu arriver à Jess.

On rencontrera tout au long du livre Jess, Jason, Tom, Ana et Kamal. Je n’aime aucun de ces personnages, pas vraiment en tout cas. Ils ont tous une part de lumière qui nous fait comprendre leurs actions, ou une part d’ombre qui nous fait les détester un peu plus à chaque page.. En tout cas, impossible pour moi de vous dire si je les aime ou pas. La seule que j’aime est Rachel (je l’aime même beaucoup à la réflexion), mais pour les autres, qui naviguent entre le blanc et le noir, c’est assez compliqué.

Dans tous les cas, j’ai trouvé que c’était un bon livre. J’ai adoré l’histoire en elle même, que je trouve très originale, et même pour moi qui ne suit pas très « thriller », j’ai trouvé ce livre sympathique. J’ai passé de très bons moments pendant cette lecture. Je le conseille donc à tous le monde, lecteur aguerri de thrilleur ou non! Je vous conseille de le lire à plusieurs, ça rend tout ça beaucoup plus fun!

🚂🍷Note : 18/20

Personnages : 3.5/5

Scénario : 4.5/5

Style d’écriture : 5/5

Ressenti : 5/5


🍷🚂 Extraits 🚂🍷


« Nous sommes tous des voyeurs. Les gens qui prennent le train tous les jours pour se rendre au travail sont les mêmes partout dans le monde : chaque matin et chaque soir, nous sommes installés sur notre siège, à lire le journal ou écouter de la musique ; nous observons d’un œil absent les mêmes rues, les mêmes maisons et, de temps à autre, nous apercevons un éclair de la vie d’un inconnu. Alors on se tord le cou pour mieux voir. »

page 9

« Ce soir, je suis épuisée. Je suis sobre, cent pour cent à jeun. Il y a des jours où je me sens tellement mal que j’ai besoin de boire ; d’autres où je me sens tellement mal que j’en suis incapable. »

page 33

« Je n’avais pas prévu que ça devienne une vraie relation, je n’en avais aucune envie. J’aimais juste être désirée, le sentiment d’avoir le pouvoir. C’était aussi bête que ça. Je n’avais pas envie qu’il quitte sa femme, mais je voulais qu’il en ait envie. Qu’il me désire à ce point. »

page 410

5 commentaires sur “Chronique n°27 : La Fille du Train (Paul Hawkins)

  1. Ping: Bilan 2017
  2. Je sais que cet article date un peu mais je viens de découvrir ton blog en cherchant des avis sur la Fille du train et je voulais te dire que j’adore ta manière de présenter tes chroniques ! Et la fille du train a été pour moi un coup de coeur alors je suis heureuse de lire un avis si positif ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci c’est gentil! Je suis contente que ça te plaise! C’était mon premier livre du style et il me tenait vraiment à coeur 😍

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s