Chroniques Livresques·Coups de Coeur·Edition Bayard·Livres lus en Mai·Maladie·One shot

Chronique Livresque n°15 : Everything Everything (Nicola Yoon)


✨🌊🌴 Présentation 🌴🌊✨


CouveOK.inddTitre : Everything Everything
 
Auteur : Nicola Yoon
 
Édition : Bayard Jeunesse
 
Nombre de pages : 362
 
Date de Publication :  6 avril 2016
 
Prix : 16.90€
 

Résumé :

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.

Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.

Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.


✨🌊🌴 Avis 🌴🌊✨


🎂💞 Pourquoi as-tu lu/acheté ce livre?

C’est un livre dont j’ai beaucoup entendu parler sur bookstagram et booktube, mais également sur Facebook. Si on passe sur la (sublime) couverture, j’aime les livres dont le personnage principal est malade. Ça fait un peu sordide comme ça, mais ce sont des livres que je trouve lumineux, peu importe qu’ils finissent bien ou non. Ce sont des livres qui me donne l’impression de voir le monde d’une autre façon. Le monde est beau, mais il est différemment perçu selon l’histoire de chacun. Ces livres nous montre en général le point de vue de quelqu’un qui sait qu’il ne pourra en profiter longtemps, ou qui  ne pourra tout simplement que le voir de loin, comme c’est le cas pour Madeline. ☀

J’avais un peu oublié ce livre, jusqu’à ce que je tombe par hasard sur la bande annonce du film, qui a fait chavirer mon cœur (je vous la mets en bas de l’article).  Cette histoire avait l’air magnifique (et grand dieu, elle l’est), j’ai donc décidé de l’acheter le plus vite possible. Et heureusement, ma libraire en avait encore un exemplaire en stock, j’ai pu me le procurer rapidement.

Le film sort le 21 juin, mais je vous conseille de lire le livre avant de le voir, ce serait dommage de savoir ce qu’il va se passer, car on passe par tellement d’émotions en lisant le livre!

🍩💞 Le style d’écriture

Je ne m’attendais pas du tout à ça. Je ne sais pas du tout à quoi je m’attendais, peut être quelque chose plus dans le style de ‘Nos Étoiles Contraires‘. Mais c’est quand même vraiment génial. Je trouve que le style d’écriture et la présentation donne un coup de frais et de peps au livre, je ne sais pas trop comment l’expliquer. En tout cas, c’est très agréable à lire. L’écriture de Nicola Yoon est fluide. On a l’impression de glisser sur les mots, les phrases. Comme je n’avais pas feuilleté le livre avant de le lire, j’étais vraiment surprise de sa forme. Ça m’a beaucoup fait sourire. Sauf les pages en noir! Je ne les ai pas regardé avant de les lire, mais elles ne me disaient rien qui vaille. J’avais de plus en plus peur  mesure que je m’en approchais! Enfin bref, je ne vous en dis pas plus, pour ne pas gâcher le plaisir! 🙃

🍫💞 L’histoire et les personnages

EverythingEverything_Trailer2L’HISTOIRE. On rencontre donc Maddy, une jeune fille atteinte d’une maladie grave, rare et célèbre, la DICS (Déficit Immunitaire Combiné Sévère), plus connue sous le nom de « maladie de l’enfant bulle ». Si elle sort de chez elle, où chaque objet entrant dans la maison (humains compris) doit être décontaminé et où l’air est filtré, elle attrapera un virus contre lequel son corps ne pourra pas lutter. Maddy est comme elle dit, allergique au monde. Enfermée dans sa maison, elle suit des cours par internet et lit des livres. Elle n’a jamais mis un pieds dehors et compte sur les doigts d’une main le nombre de personnes qu’elle a déjà rencontrée pour de vrai.

c312113b-6859-46ae-9367-23ed60d11ef8-EETRLR001Un jour, de nouveaux voisins arrivent dans la maison en face. Une famille de quatre personne, dont un garçon de son âge : Oliver. Il est grand, agréable à regarder (espionner..) et ne s’habille qu’en noir. Au fil des chapitres, ils communiqueront, d’abord par mimes, puis par mail. Ils apprendront à ce connaître, et à éviter de parler de leur problème respectifs.

L’histoire se déroule doucement, tranquillement, en nous faisons voyager sur une mer de sentiments tous doux. Il est lumineux, plein d’espoir et d’ax240-e5Zmour. Il est beau, puissant. Ce livre est un voyage, qui nous montre le monde au travers d’un regard neuf, vierge de toutes ses splendeurs. On apprend à s’extasier pour la moindre petite chose. A vivre différemment les choses que l’on tient pour acquis. Marcher pieds nus dans l’herbe devient une aventure, respirer l’air frais du dehors une nouvelle expérience. On suit les expériences de Madeline, ses découvertes, ses espoirs, ses désespoirs comme si c’était les nôtres, comme si c’étaient nos premières fois à nous aussi. Car Madeline n’est jamais sortie, et beaucoup d’entre nous ne se rendent pas compte de ce que cela veut dire. Elle n’a jamais pris la voiture, vu de magasin, appris à nager, appris à faire du vélo ou de n’importe quelle autre activité physique nécessitant d’être à l’extérieur. Cela parait aujourd’hui impensable.

Un livre puissant, qui a été un énorme coup de cœur. Sûrement mon plus gros coup de cœur de 2017 d’ailleurs. Je voudrais garder pour toujours ce petit bout de lumière offert par Nicola Yoon.

🍪💞 Note : 20/20

Scénario : 5/5

Personnages : 5/5

Écriture : 5/5

Ressenti : 5/5

🥐💞 Bande annonce (sortie le 21 juin)


✨🌊🌴 Extraits 🌴🌊✨


« – Tu lis encore Des fleurs pour Algernon ? s’étonne-t-elle. Ce n’est pas ce livre qui te fait tout le temps pleurer ?
– Un jour, ça ne sera plus le cas, dis-je. Et, ce jour-là, je veux être sûre d’être en train de le lire. »
page 22

« Peut-être que grandir, c’est décevoir les gens qu’on aime. »

page 258

« Être amoureux de toi, c’est encore mieux que de l’être pour la première fois. C’est comme si c’était la première, la dernière, et l’unique fois en même temps. »

page 261

« L’amour.
L’amour rend fou.
Le perdre rend fou. »

page 353
Livre du même thème : The Memory Book (Lara Avery) publié aux éditions Lumen.

Un commentaire sur “Chronique Livresque n°15 : Everything Everything (Nicola Yoon)

  1. Ping: Bilan 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s