Chroniques Livresques·Coups de Coeur·Edition Gallimard·Livres lus en Mars·Quadrilogie·Relecture·Steampunk

Chronique Livresque n°12 : Les Fiancés de l’Hiver (Christelle Dabos)

144

Fanarts de Kira (Fanart d’origine : ici)

⛅⛄❄ Présentation ❄⛄⛅


81yy6fdhtjl

💫 Saga : La Passe-Miroir

💫 Titre : Les Fiancés de l’Hiver

💫 Tome n° : 1/4

💫 Édition : Gallimard Jeunesse

💫 Nombre de pages : 518

💫 Date de publication : 2013

💫 Prix : 18€

💫 Résumé :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.


⛅⛄❄ Avis ❄⛄⛅


Cette chronique va être un petit peu chaotique, encore plus que les autres, pour vous donner une idée, car cette lecture est assez chamboulante (ça existe comme mot?). Je l’ai donc lu d’une traite, et j’ai demandé à ma maman si elle voulait bien m’acheter le tome 2 le lendemain à la FNAC. En attendant j’ai RELU le tome 1. Oui oui, ça fait un peu bête peut être, mais j’avais tellement hâte de savoir la suite, que je ne voulais pas quitter Ophélie et Thorn une seule seconde.

❄ Pourquoi as-tu lu/acheté ce livre?

Pourquoi je l’ai acheté, je ne sais plus. Je crois que la couverture et le résumé m’ont semblé très sympathiques. Je l’ai acheté quelques jours après la sortie du deuxième tome. Quand j’ai ouvert la première page, je suis tombée amoureuse de ce livre. Je l’ai lu d’une traite. Comme ça, en quelques heures.

⛄ Le style d’écriture

Il est merveilleux. Particulier, mais merveilleux. Le vocabulaire est soigné, choisi avec soin, décrit avec justesse les idées de Christelle. Son écriture est une part entière de son univers. Ce n’est pas seulement une façon de raconter une histoire, mais c’est une façon de donner de la profondeur à chaque mot. Enfin bref, les mots glissent sur les pages, les idées glissent les unes derrières les autres.. c’est fluide, et très agréable à lire.

❄ L’histoire et les personnages

L’histoire est bien menée, pleine de rebondissements. Elle ne va n’y trop vite, ni trop lentement. On a le temps d’apprendre à connaître mais aussi à aimer (c’est très important) Ophélie, son arche, son monde, sa manière de penser. Nous ne sommes pas tout de suite projetés dans l’histoire, et c’est quelque chose que j’aime bien.

L’arche d’Anima m’a fait délirer. L’histoire commence en parlant du Bâtiment des Archives, qui n’aime pas être dérangé trop tôt. Le fait que tout soit « vivant » ou au moins en mouvement sur cette Arche est à mourir de rire. L’écharpe d’Ophélie est protectrice, jalouse, paresseuse, rancunière.. enfin bref. Elle a un vrai caractère et c’est assez amusant. Si Ophélie est assez effacée en surface, elle n’en pense pas moins en dessous.

J’ai adoré Thorn. Thorn est.. une brute froide, incapable de lui décrocher plus d’une monosyllabe. Et pourtant, il est très attachant. Je ne dirais pas qu’on apprend à le connaître, on ne le voit pas assez pour ça, mais on sait qu’il n’est pas insensible, et que s’il est froid, c’est parce qu’il a du apprendre à l’être. En effet, son arche, le Pôle est assez effrayante. Sans compter sur les températures toujours inférieures à -60°c, les familles là bas sont hostiles. Sa famille est particulièrement infâme et violente.

J’ai adoré la différence entre les deux arches. Les personnages secondaires sont aussi très plaisants. J’ai adoré Archibald, qui est loin d’être un modèle, mais qui est sacrément drôle (le genre à s’assoir à l’envers sur un fauteuil, le dos sur le siège et les jambes croisées sur le dossier). Il est l’ambassadeur, et son domaine, le Clairdelune est un endroit idéal pour se cacher. Il offre la sécurité à tous ceux qui y viennent. Il n’y a pas d’heure au Clairdelune. Tout ce fait en fonction d’Archibald. Il peut convoquer tout le monde à n’importe quelle heure pour faire un concert, un grand bal, ou juste pour se réunir et ne faire que fumer sans parler dans une salle.. Un personnage singulier donc. Berenilde.. On la déteste, puis on l’apprécie, puis on la déteste, puis on a pitié d’elle.. les sentiments à son égard sont changeants. Elle a une famille difficile, une vie difficile. Mais bon. Des fois on voudrait quand même bien lui mettre une bonne gifle. La tante Roseline est assez drôle aussi. Et elle est loin d’avoir la langue dans sa poche. Elle ne manque donc pas de sa faire remarquer, par Thorn, Berenilde, ou n’importe qui d’autres. Elle est à mourir de rire.

⛄ Notes 6/5 (Faisons comme si c’était possible okay?)

Scénario : 6/5

Personnages : 6/5

Écriture de l’auteure : 6/5

Ressenti : 6/5


⛅⛄❄ Extraits ❄⛄⛅


 — J’ai tué un homme.
Il avait jeté cela d’un ton nonchalant, comme une banalité, entre deux lampées de soupe. Les lunettes d’Ophélie blêmirent. A côté d’elle, la tante Roseline s’étrangla, au bord de la syncope. Berenilde reposa sa coupe de vin d’un geste calme sur la nappe de dentelle.
— Où ? Quand ?
Ophélie, elle, aurait demandé : « Qui ? Pourquoi ? »
— A l’aérogare, avant que je n’embarque pour Anima, répondit Thorn d’une voix posée. Un disgracié qu’un individu mal intentionné m’a dépêché aux trousses. J’ai quelque peu précipité mon voyage en conséquence.
— Tu as bien fait.
Ophélie se crispa sur sa chaise. Comment donc, c’était tout ?
« Tu es un assassin, parfait, passe-moi le sel… »

Chapitre « Les Dragons », page 138


– Que faites-vous ainsi? demanda Bérénilde à Archibald.
Assis la tête en bas dans son fauteuil, il décrocha son narguilé de ses lèvres et souffla un ruban de fumée bleue. Son vieux haut-de-forme était tombé et ses cheveux pâles s’écoulaient jusque sur le tapis.
– J’observe mon existence sous un angle différent, déclara-t-il gravement.
– Voyez-vous cela! Et qu’en déduisez-vous?
– Qu’à l’endroit ou à l’envers, elle est absolument vide de sens. Et que cette position fait monter le sang à la tête, ajouta-t-il avec un sourire grimaçant.

Chapitre « L’enfant », page 297

4 commentaires sur “Chronique Livresque n°12 : Les Fiancés de l’Hiver (Christelle Dabos)

  1. Une merveille ce livre ❤ ça a été une de mes plus belles découvertes, un énoooorme coup de coeur ! Vivement que le 3 sorte, la semaine prochaine normalement 😀

    J’aime

  2. Ping: Bilan 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s